L’ajout d’un poste-cadre à la Ville ne fait pas l’unanimité

L’ajout d’un poste-cadre à la Ville ne fait pas l’unanimité
La mésentente au sujet du nouveau poste-cadre a une fois de plus forcé un vote lors de la séance du conseil de la Ville de Thetford Mines.

L’ajout d’un nouveau poste-cadre à la Ville de Thetford Mines a fait réagir lors de la séance publique du lundi 5 décembre alors que six conseillers se sont prononcés en faveur, tandis que trois autres ont voté contre cette décision.

Jean-François Morissette, Jean-François Delisle et Marco Tanguay se sont en effet opposés à cette résolution. Josée Perreault, Michel Verreault, Denise P. Bergeron, Hélène Martin, Yves Bergeron et Daniel Poudrier sont les conseillers ayant voté en faveur. Notons que François Madore n’était pas présent lors de l’assemblée.

Le nouveau poste de cadre, soit adjointe à la direction générale et à la mairie, sera occupé par celle qui travaillait déjà en tant que secrétaire au Cabinet du maire, Audrey Lambert. Elle aura pour tâche de superviser les deux conseillères en communication. «On agrandit ce service, a raconté le maire Marc-Alexandre Brousseau. On fait beaucoup plus de travail en matière de communication parce que comme on l’a déjà dit, l’un de nos objectifs est de contribuer à modifier l’image de la ville, donc on investit beaucoup là-dedans.»

Même si la supervision des conseillères en communication est ajoutée à sa tâche, Mme Lambert conservera toutes les autres qu’elle faisait auparavant. «C’est le directeur général qui faisait ce travail. Maintenant, en transformant le poste de l’adjointe à la mairie pour en faire un poste-cadre, elle va absorber une partie de la gestion. On parle de 8 % de sa tâche qui devient un poste de supervision, mais le reste c’est la même chose qu’avant en support à la mairie et à la direction générale», a expliqué le maire.

Soulignons que ce nouveau poste-cadre signifie une augmentation de 9600 $ par année sur la masse salariale de la Ville.

Des conseillers s’y opposent

Ayant pris la parole lors de l’assemblée, Jean-François Delisle a soutenu avoir pris cette décision parce qu’il aurait aimé avoir plus d’informations. «La Ville de Thetford Mines n’a pas de stratégie de gestion de ressources humaines et n’a, par conséquent, pas réalisé de planification de main-d’œuvre, a-t-il dit. Nous procédons ponctuellement à des ajouts de postes qui ont et qui auront des impacts organisationnels et financiers à moyen et long terme.»

Il a également invité ses collègues à surseoir leur décision de doter le poste de cadre à la direction générale et à la mairie, le temps d’établir une stratégie de gestion des ressources humaines et de réaliser un plan de développement.

«Ce que je propose, ce n’est rien contre la personne en poste, je trouve seulement qu’on crée des postes sans avoir réellement de plan», a-t-il ajouté en entrevue avec le Courrier Frontenac.    

Pour sa part, Jean-François Morissette partage une opinion similaire à son collègue. «Je suis d’avis que l’ensemble du fonctionnement d’un gouvernement municipal doit être repensé et réaménagé.  Il s’est créé un écart important entre le modèle et la structure de fonctionnement actuelle versus les nouvelles réalités économiques et sociales. Par ailleurs cet écart n’est pas unique à notre ville, plusieurs types de gouvernements continuent de creuser cet écart. Mon vote contre cette résolution est simplement pour soutenir le fait qu’une révolution doit s’activer pour permettre de recentrer les réels objectifs et priorités d’un gouvernement municipal et faire en sorte que le citoyen contribuable puisse se réapproprier son pouvoir d’achat.»

De son côté, Marco Tanguay a signifié avoir fait le tour de certaines villes au Québec afin de voir si un tel poste existait ailleurs. «J’ai fait une recherche dans différents organigrammes municipaux et rien ne m’a convaincu que l’on devait nommer un nouveau poste-cadre à la Ville de Thetford Mines», a-t-il dit pour expliquer sa décision. Il a également mentionné que ce n’était pas non plus un désaveu de la personne nommée, mais qu’il ne voyait pas l’utilité de faire payer la facture aux citoyens pour une charge de travail d’un quart de journée par semaine.

Enfin, questionné à savoir si les tâches en question n’auraient pas pu être transmises à un cadre existant, le maire Brousseau a convenu que certaines analyses des postes-cadres ont déjà eu lieu, mais que tous ont déjà des charges de travail assez remplies.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires