Le Canada bannit l’amiante et les produits en contenant

Le Canada bannit l’amiante et les produits en contenant
Un minerai contenant de l'amiante chrysotile

La ministre des Sciences Kirsty Duncan a annoncé, le jeudi 15 décembre, que le Canada interdirait l’amiante et les produits contenant de l’amiante d’ici 2018. Le gouvernement a néanmoins confirmé que la valorisation des résidus miniers ne sera pas touchée par l’interdiction.

À lire: Bannissement de l’amiante : la MRC est inquiète

«La protection de la santé et de la sécurité des Canadiens est de la plus haute importance pour le gouvernement. Des preuves irréfutables nous ont amenés à prendre des mesures concrètes pour interdire l’amiante. Les Canadiens peuvent être sûrs que mes collègues et moi allons continuer à travailler d’arrache-pied pour veiller à ce qu’ils soient protégés, tout comme leur famille, leurs collègues de travail et leurs collectivités, des effets néfastes de l’exposition à l’amiante, de sorte qu’ils puissent mener une vie en santé et en toute sécurité», a déclaré la ministre des Sciences.

Selon le gouvernement, les décisions en la matière seront fondées sur les connaissances scientifiques et seront mises en œuvre en consultation avec des partenaires. Les mesures exhaustives visant à interdire l’amiante incluront ce qui suit :

·      adopter de nouveaux règlements interdisant la production, l’utilisation, l’importation et l’exportation d’amiante, et ce, aux termes de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), le cadre législatif qui protège les citoyens contre les risques associés à des matières dangereuses comme l’amiante;

·      instaurer de nouvelles règles fédérales touchant la santé et la sécurité en milieu de travail qui limiteront grandement les risques pour les personnes d’être exposées à l’amiante au travail;

·      mettre à jour l’inventaire en ligne des immeubles contenant de l’amiante qui sont détenus ou loués par le gouvernement du Canada;

·      travailler en collaboration avec les partenaires provinciaux et territoriaux en vue de changer les codes nationaux, provinciaux et territoriaux du bâtiment de manière à interdire l’utilisation de l’amiante dans les projets de construction et de rénovation partout au Canada;

·      mettre à jour la position internationale du Canada touchant l’inscription de l’amiante dans la liste des matières dangereuses, en suivant les modalités de l’interdiction nationale de l’amiante, avant la prochaine réunion des parties signataires de la Convention de Rotterdam, un traité international qui a été signé par plus de 150 pays et qui soutient l’inscription de l’amiante en tant que produit dangereux;

·      accroître les activités de sensibilisation au sujet des effets de l’amiante sur la santé pour contribuer à réduire les cas de cancers du poumon et d’autres maladies liées à l’amiante.

Pour la santé des Canadiens

Les ministres présentes avec Mme Duncan pour l’annonce ont également mis l’accent sur l’importance de protéger la santé des citoyens. «Dans tout le Canada et dans le monde entier, des familles doivent encore composer avec des cas de cancers liés à l’amiante, et cela pose un fardeau indu sur le système de santé. Notre gouvernement prend des mesures pour protéger les Canadiens des substances qui peuvent nuire à leur santé et à leur sécurité, dont l’amiante», a souligné la ministre de la Santé, Jane Philpott

Le premier ministre s’était d’ailleurs engagé à aller de l’avant en ce qui a trait à l’interdiction de l’amiante et des produits contenant de l’amiante au Canada. «Aujourd’hui, nous tenons promesse. Nous mettrons en place les mesures réglementaires les meilleures qui soient pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens, le temps de mener à bien nos démarches visant à interdire complètement l’amiante», a affirmé la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna.

Les faits en bref

·      L’amiante a été déclaré cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé en 1987.

·      Au plus fort de son utilisation, l’amiante avait plus de 3 000 usages possibles à l’échelle mondiale. Toutefois, la production et l’utilisation de l’amiante sont en déclin depuis les années 1970.

·      Le gouvernement du Canada a interdit l’utilisation de matériaux contenant de l’amiante dans tous les projets de construction et de rénovation sous la gouverne de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Cette mesure est entrée en vigueur le 1er avril 2016.

·      SPAC a rendu public un inventaire national de l’amiante, qui recense les immeubles fédéraux dont le gouvernement est propriétaire ou locataire où l’amiante est présent.

·      Les risques pour la santé sont minimes si les matériaux contenant de l’amiante dans les maisons sont bien circonscrits et sont laissés intacts.

·      Le gouvernement participe à la Convention de Rotterdam, qui a pour objet de protéger la santé humaine et l’environnement en favorisant la prise de décisions éclairées touchant l’importation et la gestion de certains produits chimiques dangereux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires