Le Jour de la Terre souligné à la Polyvalente de Black Lake

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Le Jour de la Terre souligné à la Polyvalente de Black Lake
 Les membres de la "brigade verte" Trinity Roy, Pierre-Olivier Gourdeau et Danaëlle Binet (absente : Evelyne Dubois) (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Le Jour de la Terre a été souligné de façon remarquable vendredi après-midi alors qu’environ 200 élèves de la Polyvalente de Black Lake se sont armés de gants et de sacs poubelles pour nettoyer les rues situées à proximité de leur école. Même si la température laissait largement à désirer, ils ont réussi à amasser une grande quantité de déchets.

Cette activité était organisée par la « brigade verte » composée de Pierre-Olivier Gourdeau, Trinity Roy, Danaëlle Binet et Evelyne Dubois. Ces jeunes étaient appuyés par le personnel enseignant et le comité vert de l’établissement.

En entretien avec le Courrier Frontenac, Pierre-Olivier Gourdeau s’est dit fier du taux de participation. « Je suis très surpris et content. Nous étions plus pessimistes sur le nombre d’élèves au début, mais je trouve que nous avons accompli quelque chose de grand. Réunir 200 personnes pour nettoyer le quartier, c’est une réussite et j’espère que cela pourra se reproduire l’an prochain. »

C’est au cours de l’été dernier que ce jeune de 15 ans a soumis l’idée d’organiser une telle activité aux autres membres de son équipe. « Nous avons commencé à travailler sérieusement sur ce projet il y a deux ou trois mois. Nous avons proposé aux enseignant(e)s des différentes classes de sortir avec leurs élèves pour faire une marche écologique dans le but d’amasser des déchets. Plusieurs ont accepté et nous avons même pu avoir avec nous deux élèves issus des classes à développement maximal. »

La protection de l’environnement lui tient à cœur. Il souhaiterait que ce mouvement prenne éventuellement de l’ampleur un peu partout au Québec. « Je pense qu’il y a encore du travail de sensibilisation à faire. Il n’est pas trop tard pour agir. C’est important de faire notre part à notre échelle. Si des enseignant(e)s ou d’autres centres de services scolaires veulent s’impliquer, sachez que ça ne coûte rien. Il faut tout simplement en parler et organiser une petite activité. »

De son côté, la technicienne en loisirs, Sylvie Dolbec, a trouvé l’implication des jeunes tout à fait géniale. « Nous voulions faire cela avec l’ensemble de l’école, mais c’était un peu compliqué. Par contre, nous avons eu une belle participation et nous sommes super contents. C’est un beau geste pour l’environnement. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires