Le pont de la voie ferrée sera enfin démantelé

Le pont de la voie ferrée sera enfin démantelé
Plusieurs riverains s'étaient rendus près du pont de la voie ferrée en juin derneir afin d'y manifester leur mécontement face à la lenteur de la décision concernant le démantèlement.

Les riverains du lac Aylmer peuvent maintenant crier victoire dans le dossier du pont de la voie ferrée à Disraeli. En effet, le ministère des Transports donne son autorisation à la Ville afin qu’elle procède au démantèlement du tronçon isolant la baie de Disraeli au reste du lac.

C’est une lutte de plusieurs années qui s’achèvera bientôt puisqu’il s’agissait d’un enjeu ayant grandement fait jaser depuis les 20 dernières années. Le ministère des Transports donne donc le mandat aux municipalités concernées de s’occuper du démantèlement et des frais qui devraient être de quelques dizaines de milliers de dollars.

Pour Karl Paré de l’Association des riverains du lac Aylmer, il s’agit d’une victoire après plusieurs années à s’être battu pour une telle décision. «C’est le début de la fin d’une lutte de plusieurs années. C’est certain que ce n’est pas terminé, il reste plusieurs phases, mais ça s’en va dans la bonne direction.»

Même son de cloche du côté d’un autre riverain de la baie de Disraeli, Éric Labonté, qui avait fait plusieurs pressions pour qu’une décision soit prise dans ce dossier. «J’ai investi plusieurs centaines de dollars et plusieurs heures là-dedans. Certains croyaient même que j’allais trop loin et que j’étais un rêveur. Pour moi, c’est une victoire et je crois que tous auront à gagner de ça.»

Rappelons qu’en juin dernier, une manifestation avait été organisée par les riverains dénonçant la lenteur du ministère dans ce dossier. À cette occasion, le maire de Disraeli, Jacques Lessard, avait pris l’engagement de faire dénouer l’impasse qui subsistait. «C’est une excellente nouvelle, a-t-il affirmé en entrevue avec le COURRIER FRONTENAC. J’ai demandé aux gens d’être patients puisque depuis quelques mois, nous travaillions en collaboration avec le bureau du député Ghislain Bolduc avec lequel nous avions de bons contacts. Tout le monde a travaillé dans le même sens. Cela remplit donc l’engagement que j’avais pris avec les gens.»

Tous doivent y contribuer

M. Lessard a également voulu préciser que la Ville de Disraeli ne devra pas être la seule à payer les frais du démantèlement. «La demande est arrivée de citoyens de la Paroisse, donc eux aussi devront contribuer. Les gens de l’Association des riverains du lac Aylmer seront aussi interpellés afin d’analyser la situation et d’aider au financement. Avec les coupures dans les municipalités, Disraeli ne peut pas tout payer.»

Rejoint au téléphone, le maire de la Paroisse de Disraeli, André Gosselin, a confirmé que sa municipalité allait contribuer financièrement. Il a toutefois précisé qu’il restait plusieurs étapes à franchir avant de voir le pont être retiré, notamment l’approbation du ministère de l’Environnement.

Par ailleurs, selon M. Lessard, il est encore prématuré d’établir le coût des travaux parce qu’il ne sait pas encore si le pont sera enlevé ou seulement mis de côté. Bien conscient que le fardeau financier aurait dû revenir au ministère des Transports, il a indiqué que pour eux, le tronçon avait encore son utilité et que c’est finalement après les nombreuses demandes qu’ils ont donné leur consentement. 

Mission accomplie pour Bolduc

Le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, s’est dit bien heureux de la tournure des événements dans un dossier sur lequel il travaillait depuis 2012. «Il s’agit d’un projet ardemment souhaité par le milieu, pouvant contribuer à augmenter le potentiel récréotouristique de la région en permettant la libre circulation des embarcations de plaisance.»

Mentionnons que ce pont est situé sur un tronçon non exploité du chemin de fer Québec Central (CFQC). En 2012, la Conférence régionale des élus (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches et celle de l’Estrie avaient rendu publics les résultats d’une étude externe sur le potentiel commercial du CFQC. L’étude démontrant des perspectives limitées de reprise du trafic ferroviaire, les CRÉ recommandaient, notamment, l’utilisation de certains tronçons à des fins récréotouristiques.

À lire: « Nous en avons assez d’attendre! »

À lire: La Ville de Disraeli relance le ministère

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires