Les jeunes travailleurs sensibilisés à leurs droits et responsabilités

Les jeunes travailleurs sensibilisés à leurs droits et responsabilités
Dans le cadre de son passage à Thetford Mines

THETFORD. Le Comité d’appui aux travailleurs et travailleuses accidentés de la région des Appalaches (CATTARA) a récemment procédé au lancement de l’ouvrage «Jeune travailleur polyvalent : guide en santé et sécurité du travail». L’auteur de la préface, Me Marc Bellemare, était de passage à Thetford Mines et s’est entretenu avec le COURRIER FRONTENAC à propos du sujet du livre.

Ce guide est d’ailleurs une première au Québec. Les jeunes font face à de nombreux défis lors de leurs débuts sur le marché du travail. Le «Guide du jeune travailleur polyvalent» se veut donc un outil pour les informer de leurs droits et responsabilités en matière de santé et sécurité au travail.

Selon Me Bellemare, les jeunes sont plus vulnérables que les plus vieux du fait qu’ils n’ont pas beaucoup d’expérience. «Ils sont souvent engagés dans des emplois plus temporaires, pas très bien payés et dans lesquels les employeurs n’investiront pas en formation. Ils vont travailler avec des machines et des produits qu’ils connaissent plus ou moins.»

Si un accident survient, ce guide pourra notamment leur permettre de cheminer dans le système. «La base de salaire, le choix du médecin, les formulaires et les contestations sont expliqués dans ce bouquin. Il ne faut jamais penser que tout va se régler par soi-même. En ne s’intéressant pas à leurs droits auprès de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), les jeunes peuvent parfois subir des pertes majeures à long terme», a expliqué Me Bellemare.

Souvent, le sujet de l’indemnisation à la suite d’un accident est trop compliqué pour les jeunes qui préfèrent l’éviter. L’avocat spécialiste de la protection des travailleurs estime également que ça peut être tentant pour un fonctionnaire de la CSST de profiter de la naïveté d’un jeune.

«Il ne faut pas miser sur eux pour donner l’heure juste. Ce ne sont pas nos amis. Un jeune travailleur qui réclame à la CSST est un coût de plus, donc l’organisation fera tout pour éviter de payer. Il ne faut jamais lâcher le morceau, même si c’est long et compliqué.»

Pour les jeunes

Venant en aide aux personnes victimes d’accidents du travail et de maladies professionnelles, le CATTARA offre de nombreuses formations dans les écoles secondaires de la région en particulier à la Polyvalente de Disraeli.

Nancy Laliberté, directrice du CATTARA et Karine Soares, agente de prévention et de développement, ont travaillé un an sur ce projet de guide. Il est agrémenté de multiples exemples, graphiques, illustrations et a été tiré à 900 exemplaires. Tous les jeunes qui suivront la formation en santé et sécurité en recevront un exemplaire gratuit.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires