Mine Québec Asbestos : dépôt d’une pétition à l’Assemblée nationale

Mine Québec Asbestos : dépôt d’une pétition à l’Assemblée nationale
Des citoyens d'East Broughton se mobilisent dans le dossier de la Mine Québec Asbestos.

EAST BROUGHTON. La députée libérale de Richmond, Karine Vallières, a récemment déposé à l’Assemblée nationale une pétition de près de 1000 signatures, au nom d’un groupe de citoyens d’East Broughton, demandant au gouvernement Couillard d’intervenir dans le dossier de la Mine Québec Asbestos.

Les citoyens refusent d’assumer les coûts engendrés par le passage de la tempête tropicale Irène en 2011. On se rappellera que des travaux visant le nettoyage d’une galerie souterraine sur un ancien site minier ont coûté 2,7 millions $. Ceux-ci avaient été jugés nécessaires pour éviter que d’autres sinistres ne se reproduisent puisqu’une dizaine de résidences avaient été inondées.

Selon la Municipalité, cette facture pourrait représenter une hausse de taxes de 200 $ à 300 $ pour les résidents sur une période de 20 ans. Le dossier est d’ailleurs devant les tribunaux puisqu’elle poursuit l’entreprise Les Sables Olimag, André Vachon et l’Association chasse et pêche des Cantons de Broughton, soit les propriétaires des lieux. Le conseil municipal estime que les débordements et les écoulements survenus sont la conséquence de la négligence des défendeurs.

«Nous avons décidé de montrer au gouvernement que la population est inquiète et qu’elle souhaite qu’il lui vienne en aide dans cet épineux dossier. Pour nous, cette situation nous met dans une situation précaire puisque nous ne pouvons payer une hausse de taxes aussi élevée», a déclaré Jordan Roy, porte-parole du comité citoyen.

 

 

 

 

D’après lui, il faut prendre en considération que la taxe qui sera imposée aux citoyens, si la Municipalité doit assurer cette facture, fera en sorte que plusieurs familles ne pourront tout simplement plus se permettre de garder leur maison. M. Roy déplore également la dévaluation des résidences, les effets négatifs sur l’économie et les impacts sur le budget des familles que cette facture risque d’engendrer.

«Nous croyons que les élus vont nous donner des solutions. Le premier ministre lui-même a déclaré qu’il voulait aider la région à se relever de l’ère postamiante. Cela commence par nous donner les outils afin que nous puissions attirer des compagnies et de nouveaux résidents», a conclu Jordan Roy.

Rappelons que le comité de citoyens a été formé pour représenter l’ensemble de la population qui estime que la responsabilité revient au gouvernement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires