Mon chalet au bord… de la route!

Mon chalet au bord… de la route!

Normand Baker

Au lendemain de la fermeture de la Route 112, une partie de la circulation a été redirigée vers le chemin du Barrage, dont les camions poids lourds. Les résidents du secteur se disent accablés par le flux de véhicules et affirment avoir perdu leur qualité de vie. Plusieurs maisons sont d’ailleurs en vente tout au long de la route.

Normand Baker, résident du secteur et membre de l’Association des riverains du chemin du Barrage du Grand lac Saint-François (ARC), soutient que le principal impact du détournement temporaire de la Route 112 est celui de la sécurité des citoyens vivant en bordure du chemin du Barrage. « Le long de la route, c’est très, très, très dangereux, parce que les camions empruntent la piste cyclable. Tu marches, il n’y a rien en avant, mais en arrière, il peut arriver quelque chose n’importe quand ».

Sécurité et qualité de vie

M. Baker continue en expliquant qu’avec les courbes que comporte le chemin du Barrage, il est certainement difficile de voir les véhicules arriver au loin, devant ou derrière soi. « Il faut toujours se méfier. Le soir, on va jusqu’à prendre nos autos pour se visiter à quatre chalets d’ici, pour ne pas prendre de risques inutiles », dénonce-t-il.

À quelques reprises, les résidents du secteur ont demandé la collaboration de la Sûreté du Québec pour faire respecter la limite de vitesse, mais sans succès. « Ils ne veulent rien savoir, ils ont d’autres choses à faire. Ce n’est pas important! Il est arrivé des accidents, aucun blessé pour le moment, mais ça peut arriver n’importe quand », souligne le résident.

« Les gens se sont établis ici pour avoir la paix. C’est un milieu de villégiature. La réglementation municipale est faite en fonction de ça. On comprend la situation, ajoute-t-il. La Route 112, ce n’est pas la faute à personne… Enfin, comprenons-nous bien, son effondrement n’était pas la volonté de personne! »

L’état du chemin

Le 4 février dernier, l’ARC a rencontré les représentants de la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine pour leur faire part de leurs inquiétudes face au projet du ministère des Transports (MTQ) de procéder l’été prochain à l’asphaltage du tronçon dans le secteur des chalets. Il peut sembler étrange que les riverains ne veuillent pas de ces travaux qui amélioreraient la qualité de leur route, mais il y a une logique derrière tout cela.

Effectivement, les riverains craignent que le MTQ entretienne la route aujourd’hui, mais qu’au lendemain de la réouverture de la Route 112, il laisse le chemin du Barrage en décrépitude. « Nous étions contre, car on ne veut pas que l’argent soit dépensé inutilement et que dans trois ans, ils nous laissent un chemin complètement détruit. Un représentant du MTQ nous avait d’ailleurs dit qu’il ferait la couche d’asphalte et qu’il espérait que l’on n’en demande pas plus après », avance Normand Baker.

L’ARC souhaite donc que ces travaux soient réalisés lorsque les camions reprendront la 112, en 2015 selon le MTQ, un jour selon M. Baker qui reste sceptique quant au respect de l’échéancier. « Avec une circulation normale, la nouvelle couche d’asphalte peut durer 10 ans, mais avec une circulation lourde, ça ne durera que deux ans maximum. En ce qui concerne le débit, il est moins élevé qu’à Vimy Ridge, mais les camions circulent 24 h sur 24 h et à l’heure de pointe (de 6 h 30 à 8 h 30), il y a une file d’une trentaine de véhicules en arrière de nos chalets », explique-t-il.

« C’est incroyable à quel point les camions lourds magannent le chemin du Barrage. Notre piste cyclable, qui est presque aussi large qu’une voie, est complètement détruite », soutient le résident. En effet, la circulation emprunte fréquemment la piste destinée aux vélos et aux piétons pour éviter les énormes nids de poule tout au long du trajet. Le problème est que la piste cyclable n’a pas été conçue pour supporter un tel poids, donc il n’en reste pas grand-chose en ce moment.

Échéancier mis en doute

Normand Baker ne croit pas qu’il retrouvera sa tranquillité riveraine en 2015. Il croit que le MTQ n’arrivera pas à réaliser ses travaux en temps. « Je ne veux pas chialer contre le ministère, car nous avons une bonne collaboration avec eux, mais ça ne dépend pas seulement de la petite gang de Thetford ». Il croit que la MRC des Appalaches n’est pas une priorité pour le gouvernement. « On est petit, puis on n’a plus le poids politique et économique qu’on a déjà eu dans le temps où les mines d’amiante fonctionnaient. Maintenant, on n’existe même plus. À la météo, on voit Saint-Georges, mais on ne voit plus Thetford! ». Cela explique, selon lui, la difficulté de se faire entendre à Québec. « Il faut se battre plus fort et c’est beaucoup plus long », conclut-il.

 

Sur le même sujet : La Bataille de Vimy… Ridge et « Tout a changé à Vimy »

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires