Octroi d’un million $ à Kemitek pour l’implantation d’un hydrogénateur pilote

Octroi d’un million $ à Kemitek pour l’implantation d’un hydrogénateur pilote
Le nouvel équipement sera installé dans l'agrandissement en construction du centre situé sur la rue Mooney Ouest à Thetford Mines. Sur la photo : David Berthiaume, directeur général de Kemitek, et Isabelle Lecours, députée de Lotbinière-Frontenac (Photo : Courrier Frontenac - Claudia Fortier)

Le 25 mai dernier, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, annonçait une aide financière de 12,5 millions $ à l’Université du Québec à Trois-Rivières dans le cadre de la Stratégie québécoise sur l’hydrogène vert et les bioénergies. De ce montant, un million $ a été octroyé à Kemitek, l’un des centres de recherche du Cégep de Thetford, pour l’acquisition d’un hydrogénateur pilote.

L’implantation de cet équipement permettra à Kemitek d’accompagner les entreprises dans leurs projets d’innovation. « L’objectif est de savoir comment utiliser l’hydrogène pour faire des produits chimiques plus responsables, durables, respectueux de l’environnement et ayant moins d’impact sur la santé humaine. Il servira particulièrement à créer des carburants de synthèse à partir de matières renouvelables », a expliqué le directeur général de Kemitek, David Berthiaume.

Plusieurs actions existent afin de réduire les gaz à effet de serre (GES), notamment l’électrification, mais certains usages demeureront impossibles à éliminer ou à remplacer entièrement par des batteries ou de l’économie énergétique. C’est pourquoi la recherche sur des carburants biosourcés, renouvelables ou à faible émission de GES devient pertinente.

« Nous ne pouvons pas imaginer un avion avec des batteries puisque c’est trop lourd, ça ne fonctionnera pas. L’hydrogène et les carburants de synthèse renouvelables peuvent donc dans ce cadre venir remplacer les produits pétroliers », a précisé M. Berthiaume.

Cette technologie existe déjà ailleurs dans le monde, mais la mission de Kemitek sera de se l’approprier et de l’adapter avec la biomasse produite au Québec afin que les entreprises avec lesquelles le centre travaille puissent par la suite passer à la production. « Ce qui se fait ailleurs n’est pas nécessairement reproductible dans notre contexte. Notre travail sera de réaliser la recherche pour ajuster et optimiser les procédés dans le but de les rendre viables chez nous. »

Kemitek pourra ainsi développer son expertise en hydrogénation. L’équipe déjà en place lui permettra de démarrer le projet. Dans l’enveloppe de 12,5 millions $, en plus du montant de 6 millions $ pour l’acquisition d’équipements, une autre somme de 6,5 millions $ est prévue pour la mise sur pied de projets. « C’est certain qu’à ce moment, nous aurons besoin de plus de monde, des chercheurs, des techniciens et des opérateurs. Nous anticipons donc des embauches une fois que les infrastructures seront installées », a indiqué le directeur général.

STRATÉGIE QUÉBÉCOISE SUR L’HYDROGÈNE VERT ET LES BIOÉNERGIES

Avec la Stratégie québécoise sur l’hydrogène vert et les bioénergies, le gouvernement du Québec vise à mettre en place les conditions favorables pour que ces technologies jouent un rôle complémentaire à l’efficacité énergétique et à l’électrification directe dans l’atteinte de la cible québécoise de réduction des GES.

La députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours, a d’ailleurs souligné le fait qu’un centre local participe à ce virage. « C’est une excellente nouvelle pour la région et une grande source de fierté, car encore une fois, grâce à son centre de recherche, le Cégep de Thetford se démarque dans le domaine de la chimie verte et des biocarburants. »

« Kemitek est fier de pouvoir s’inscrire dans les orientations du gouvernement. Quand on parle de chimie verte et de diminuer les impacts sur les GES, on répond présent. Nous avons bien hâte de réaliser ces projets dans un avenir rapproché », a conclu David Berthiaume.  

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Brooklyn
Brooklyn
1 mois

I make $92 an hour working from home. I was very surprised at the same time my neighbor told me that she had changed an average of ninety-five dollars, but I see how it works now. I experience mass freedom now that I am my non-public boss. That’s what I do… http://www.richzone9.com

Last edited 1 mois by Brooklyn