Débat : la députée sortante est interpellée par ses adversaires

Débat : la députée sortante est interpellée par ses adversaires
(Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

La députée sortante et représentante de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour la circonscription de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours, a été la candidate la plus sollicitée dans le cadre du débat électoral organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Thetford Mines (CCITM). Celui-ci avait lieu le mercredi 21 septembre au studio-théâtre Paul-Hébert.

Tous les autres candidats avaient également accepté l’invitation de la CCITM, soit Normand Côté du Parti libéral du Québec (PLQ), Christian Gauthier du Parti conservateur du Québec (PCQ), Christine Gilbert de Québec solidaire (QS) et Louise Marchand du Parti québécois (PQ). Évidemment, après un mandat de quatre ans et puisque son parti était celui au pouvoir au cours de cette période, c’est Isabelle Lecours qui a davantage été interpellée par ses adversaires ainsi que par les citoyens qui avaient envoyé leurs questions avant l’événement.

La candidate de QS a été la première à s’adresser à la représentante caquiste au sujet de la pénurie de main-d’œuvre. Elle lui a demandé si limiter l’arrivée d’immigrants à 50 000 par année comme le propose la CAQ n’allait pas empirer la situation. Isabelle Lecours a répondu en soulignant que son parti avait agi en ce sens en mentionnant, entre autres, les hausses de salaire pour les enseignants, éducateurs en service de garde et infirmières et les négociations avec le fédéral pour l’assouplissement des critères dans le recrutement de travailleurs étrangers.

Christine Gilbert a une nouvelle fois interpellé la députée sortante sur ses déclarations au sujet des dossiers entourant l’amiante et la revalorisation des résidus miniers amiantés, voulant que ceux-ci soient déjà réglés, alors que le milieu dit tout le contraire. « Nous avons fait un plan qui sera révisé à chaque trois ans, donc c’est en cours », a affirmé Isabelle Lecours en précisant qu’il y a des projets de revalorisation des résidus qui s’en viennent dans la région, représentant plus d’un demi-milliard de dollars en investissements privés.

Au sujet du retour du chemin de fer à Thetford, Isabelle Lecours a dit travailler sur le dossier depuis le début de son mandat, que le projet était sur la bonne voie et que des travaux étaient déjà en cours. Les candidats libéral et conservateur ont toutefois remis en question l’optimisme de la caquiste. « Je ne sais pas si le candidat du PCQ est au courant, mais le pont a été détruit et on est en train de faire les travaux pour un nouveau », a répondu Isabelle Lecours à Christian Gauthier. Ce dernier venait de parler de la désuétude du pont ferroviaire situé à Vallée-Jonction.

Le représentant conservateur a de plus affirmé, en s’adressant à Mme Lecours, que bien qu’elle ait dénoncé en 2018 la réforme Barrette dans le domaine de la santé, une fois élu, le gouvernement n’a rien fait pour changer les choses localement et a laissé tomber les travailleurs. Ce à quoi la caquiste a répondu : « comme vous l’avez dit, il n’y a pas de services qui sont partis à l’extérieur de Thetford pendant notre mandat, c’était lors du mandat des libéraux ». Elle a indiqué qu’avec la pandémie, le gouvernement a réalisé que le système était trop centralisé et qu’il souhaite ramener la prise de décisions et la confection d’horaires localement.

Christian Gauthier a aussi abordé le sujet des mesures sanitaires au cours de la pandémie en demandant à Isabelle Lecours, advenant que son parti soit réélu, s’il allait « avoir encore les pires mesures en Amérique du Nord », « diviser la population » et « refermer les commerces ». « Je suis contente d’avoir la question, merci beaucoup, a répondu la députée sortante. Quand la pandémie a frappé, c’était un virus qu’on ne connaissait pas. On a fait du mieux qu’on a pu avec les données et les informations qu’on avait. C’est une pandémie mondiale, ce n’est pas juste au Québec, donc on a fait de notre mieux. Je comprends que peut-être vous n’avez pas été content de porter un masque, mais c’était comme ça pour tout le monde. On vit dans une société et non pas juste pour nous-même. Il faut protéger les personnes les plus vulnérables et c’est ce qu’on a essayé de faire durant la pandémie. »

LES CANDIDATS CONSERVATEUR ET LIBÉRAL AUSSI QUESTIONNÉS

La candidate péquiste, Louise Marchand, a pour sa part questionné le candidat conservateur sur les projets d’exploitation des hydrocarbures de son parti, soutenant qu’il n’y a pas d’acceptation sociale pour ceux-ci dans la vallée du Saint-Laurent. Christian Gauthier a rappelé que le PCQ avait trois conditions très importantes au développement de tels projets, soit acceptabilité sociale, minimisation de la pollution et restauration des sites. « Il n’y a pas d’acceptabilité dans Lotbinière, donc nous n’irions pas dans ce coin », a-t-il dit.

Isabelle Lecours a elle aussi interpellé le candidat conservateur à ce sujet, disant se demander si le souhait de la population sera vraiment pris en compte. « L’acceptabilité sociale sera toujours en vigueur, peu importe le sujet. Éric [Duhaime] l’a bien expliqué et ça fait partie de notre plateforme », a indiqué M. Gauthier.

Mme Lecours a également sollicité le candidat conservateur sur le fait que son chef a répété plusieurs fois qu’il allait couper l’aide aux entreprises. « Avez-vous pensé, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, aux impacts pour les entreprises qui souhaitent s’automatiser et se robotiser », lui a-t-elle demandé. Christian Gauthier a précisé que son parti voulait couper dans le soutien aux multinationales et non pas dans l’aide directe aux entreprises, surtout pas pour l’automatisation.

La députée sortante s’est par ailleurs adressée au candidat libéral en ce qui a trait au Fonds de diversification économique de la MRC des Appalaches. Rappelons que Normand Côté a annoncé récemment qu’un gouvernement du PLQ en modifierait les critères. « Je trouve particulier que vous vouliez y revenir », a soutenu Isabelle Lecours en faisant référence au fait que le fonds avait été annoncé par les libéraux en 2018. Elle se demande pourquoi cela n’a pas été fait il y a quatre ans. Le candidat du PLQ a affirmé que la candidate caquiste avait promis, lors de la campagne électorale de 2018, d’en modifier les paramètres sans que ce soit fait. « C’est le Parti libéral qui a mis au monde ce fonds de 50 millions $. Il y avait des critères qui ne faisaient pas l’affaire des gens du milieu et ils m’en ont parlé », a-t-il répondu en soulignant que le PLQ allait le bonifier en plus de le renouveler en 2023.

DIFFUSION DU DÉBAT

Le débat tenu le 21 septembre a donné l’occasion aux cinq candidats de présenter la position de leur parti et leur propre vision sur plusieurs enjeux locaux et nationaux. Ce texte n’est en aucune sorte un résumé de tout ce qu’il s’est dit. Il est toutefois possible de le visionner en intégralité sur le site Web de NousTV au https://nous.tv/thetford-mines.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires