Geneviève Guilbault en visite dans Lotbinière-Frontenac

Geneviève Guilbault en visite dans Lotbinière-Frontenac
La députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours, a accueilli dans sa circonscription la vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, le mardi 8 mars. (Photo : Courrier Frontenac - Claudia Fortier)

La vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, était de passage dans la circonscription de sa collègue de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours, le mardi 8 mars. Elle a notamment rencontré des membres du Centre-femmes de Lotbinière ainsi que des intervenants politiques et économiques de la MRC des Appalaches.

Elle s’est entretenue en début d’après-midi avec les membres des médias où il a entre autres été question, en cette Journée internationale des droits des femmes, de son mandat visant à lutter contre la violence conjugale et les féminicides. Depuis un an, ce sont plus de 500 millions $ qui ont été injectés par le gouvernement provincial dans différentes initiatives à cet effet.

Rappelons qu’il y a deux semaines, elle annonçait une aide financière de plus de 3 millions $ à onze corps de police municipaux, dont celui de Thetford Mines, pour l’ajout de ressources spécialisées en matière de violence conjugale. Un tribunal spécialisé sur les violences sexuelles et le déploiement du bracelet antirapprochement viendront aussi s’ajouter.

Geneviève Guilbault a d’ailleurs qualifié ces deux dernières annonces de « petites révolutions ». « Le tribunal spécialisé est quelque chose de très avant-gardiste. Puis, pour ce qui est du bracelet, il y a seulement six pays qui l’utilisent pour le moment, soit les États-Unis, l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, la France et l’Australie. Nous serons les premiers au Canada. Normalement, il devrait être implanté partout au Québec d’ici décembre 2023 », a affirmé la députée de Louis-Hébert.

Le bracelet antirapprochement est muni d’un dispositif de géolocalisation lié à un récepteur que la victime peut conserver avec elle. Il permet, au besoin, d’enclencher un protocole d’intervention policière rapide et de sécuriser les victimes.

Geneviève Guilbault a par ailleurs indiqué que son gouvernement avait versé de l’argent dans le but de soutenir les organismes venant en aide aux hommes. L’objectif n’est pas seulement d’épauler les victimes, mais aussi d’enrayer le problème à la source.

Isabelle Lecours, qui est depuis l’an dernier adjointe parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, a pour sa part obtenu un mandat spécifique afin de travailler avec les maisons d’hébergement pour femmes.

Geneviève Guilbault a rencontré plusieurs intervenants politiques et économiques de la MRC des Appalaches lors d’un dîner à l’Espace entrepreneuriat région Thetford.

Plusieurs points ont été abordés lors de la rencontre avec les intervenants politiques et économiques de la MRC des Appalaches. La vice-première ministre a notamment cité comme enjeu majeur l’utilisation des minéraux critiques qui se retrouvent dans les résidus miniers de la région. Il a aussi été question du retour du train et du projet de centre sportif multifonctionnel.

Enfin, au sujet de la desserte policière à Thetford Mines, Geneviève Guilbault a mentionné que le dossier en ce qui a trait au possible transfert vers la Sûreté du Québec suit son cours. Un certain nombre d’étapes est prévu dans la Loi sur la police avant une décision finale. La prochaine est celle des consultations et par la suite le dépôt d’un rapport auprès de la Sécurité publique. Selon elle, cela devrait se faire assez rapidement étant donné la position favorable localement, mais aucune date ne peut être avancée pour le moment.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires