Isabelle Lecours dresse son bilan de la dernière session parlementaire

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Isabelle Lecours dresse son bilan de la dernière session parlementaire
La députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Malgré le contexte lié à la pandémie, la députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours, dresse un bilan très positif de la session parlementaire qui vient de prendre fin. Elle l’a d’ailleurs qualifiée d’extraordinaire lors d’un entretien avec le Courrier Frontenac.

« J’ai d’abord reçu une nomination comme adjointe parlementaire, puis obtenu le mandat de dresser le portrait des maisons d’aide et d’hébergement. Je l’ai dit dans les médias que j’avais vécu de la violence conjugale, donc c’était un dossier très important pour moi. Il s’agit du plus beau cadeau que le premier ministre pouvait me donner parce que je peux faire partie de la solution. »

Localement, la députée a mentionné que son équipe a été très occupée dans les derniers mois. Parmi les enjeux qui retiennent l’attention, notons celui de la réhabilitation du chemin de fer entre Vallée-Jonction et Black Lake. « Le ministère des Transports du Québec a demandé aux élus provinciaux si la mise en place d’un Bureau de suivi serait une bonne idée et nous avons approuvé ce projet. Un comité formé de fonctionnaires, d’élus municipaux et d’entreprises ayant un intérêt au retour du train est en place depuis quelques semaines. Ils peuvent ainsi poser leurs questions et en savoir plus sur l’avancement des travaux. Cela devrait faire taire les rumeurs selon lesquelles le projet du chemin de fer n’irait pas de l’avant. »

Dossier amiante

Isabelle Lecours admet avoir de la misère à comprendre la sortie récente des élus municipaux concernant les suites à donner au rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur « L’état des lieux et la gestion de l’amiante et des résidus miniers amiantés » qui a été déposé en août 2020. Ils ont déploré le fait qu’aucun acteur local ne fasse partie du processus de concertation.

« Les élus et la population ont pu se faire entendre sur la problématique lors des audiences du BAPE. Par la suite, il y a eu le dépôt du rapport. Lorsque j’ai pris connaissance des recommandations, j’ai fait le tour des élus municipaux et des acteurs de la région pour savoir ce qu’ils pensaient et ce qui accrochait. Je suis alors partie faire mes représentations auprès du ministre de l’Environnement et de son cabinet. J’ai participé à des rencontres pendant toute l’année », a-t-elle expliqué.

La députée s’explique mal leur mécontentement. « Il faut laisser les fonctionnaires faire leur travail. Le plan d’action sera présenté cet automne. Au départ, il devait être déposé en mars dernier, mais la santé publique et la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ont dit qu’ils avaient besoin d’un peu plus de temps. C’est compréhensible puisque nous sommes en pandémie. D’ailleurs, lorsque je suis allée voir les élus pour leur dire que le plan serait présenté au printemps, ils m’ont dit que c’était peut-être un peu trop rapide. Ils craignaient que l’on tourne les coins ronds. Là, ils disent que c’est trop tard. Je sais que les élections municipales s’en viennent et qu’il y a peut-être un enjeu, mais j’ai de la misère à comprendre. »

Développements à venir

Selon Isabelle Lecours, plusieurs dossiers connaîtront une fin heureuse prochainement. Elle fait notamment référence au début de construction de la Maison des aînés à Black Lake, dont la première pelletée de terre devrait avoir lieu incessamment.

« Il y aussi les appels d’offres pour la relocalisation du CLSC qui ont été lancés et la rénovation de l’urgence qui fera l’objet d’une annonce dans peu de temps. Quant au Domaine Escapad, c’est un beau projet. J’ai hâte que ce soit terminé et que l’on passe à autre chose. Je ne peux pas vous en dire plus, mais j’avais justement une rencontre à ce sujet hier (mardi 15 juin). Nous pouvons nous attendre à de bonnes nouvelles bientôt », a déclaré la députée.

Enfin, Isabelle Lecours entend demeurer à l’écoute des citoyens et des intervenants locaux au cours de l’été. Elle a d’ailleurs entrepris une tournée virtuelle des municipalités, des organismes et des entreprises du comté pour connaître leurs projets à venir et leurs enjeux.

Investissements dans la région

Plusieurs projets ont été soutenus dans la MRC des Appalaches depuis le début de l’année, en voici quelques-uns :

– 816 524 $ à la MRC des Appalaches pour supporter entre autres les coûts supplémentaires occasionnés par la pandémie;

– 50 000 $ à la Municipalité de St-Jacques-de-Leeds pour la réalisation du projet de construction d’un centre communautaire multigénérationnel;

– 230 450 $ pour appuyer six initiatives de coopération intermunicipale;

– 1,3 million $ pour soutenir la réalisation du projet « La Rive II » à Thetford Mines;

– 269 166 $ à la MRC des Appalaches dans le cadre du Fonds Régions et ruralité volet 4 – Soutien à la vitalisation et à la coopération intermunicipale;

– 37 315 $ pour des travaux de réfection aux Sentiers pédestres des 3 monts de St-Joseph-de-Coleraine;

– 16 500 $ à la Municipalité de Kinnear’s Mills pour l’amélioration des sentiers Osgood et Bailey;

– 20 892 $ à la Municipalité de St-Jean-de-Brébeuf pour l’aménagement d’une passerelle suspendue au-dessus du ruisseau Bullard;

– 140 000 $ à la Coopérative de solidarité récréotouristique du mont Adstock pour la création de mini-refuges et plateformes de camping;

– Près de 150 000 $ à la Ville de Thetford Mines pour la réalisation d’un projet de piste cyclable;

– 125 000 $ à l’entreprise Englobe pour un essai de démonstration de décontamination;

– 159 910 $ à l’Association coopérative d’économie familiale Appalaches – Beauce – Etchemins pour des initiatives visant à adapter les milieux de vie à la réalité des aînés;

– 25 125 $ à la MRC des Appalaches dans le cadre du nouveau programme d’Appui aux collectivités;

– 300 000 $ pour le projet du centre de transformation agroalimentaire du Comité agroalimentaire des Appalaches.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marcel Talbot
Marcel Talbot
1 année

C’est un peu comme la confiture, quand tu n’en a pas beaucoup, tu l’étends.

bob
bob
1 année

elle a réagit en ne réagissant pas tout en essayant de faire croire qu elle en fessait en n en fessant pas ont as vus qu il n y avait rien a voir.l illusion d une députée qui laisse toutes décisions aux grands chefs.