Présentation et réflexion sur le plan régional des milieux humides et hydriques de la MRC des Appalaches

Communiqué

Présentation et réflexion sur le plan régional des milieux humides et hydriques de la MRC des Appalaches
C'est lors d'un atelier qui a eu lieu le 20 avril dernier, au Centre de congrès de Thetford, que la MRC des Appalaches a dévoilé à plus de 60 participants présents les milieux identifiés dans le cadre du Plan régional des milieux humides et hydriques. (Photo : gracieuseté)

Depuis 2019, à la suite d’une entente régionale, les neuf MRC de la Chaudière-Appalaches et la Ville de Lévis ont entrepris, de façon concertée, l’élaboration d’une partie commune du Plan régional des milieux humides et hydriques (PRMHH) couvrant l’ensemble du territoire de la Chaudière-Appalaches.

Parmi les parties réalisées en commun, celle du diagnostic a permis l’identification des milieux humides et hydriques d’intérêt de la MRC des Appalaches. Ceux-ci ont été sélectionnés par une méthodologie commune appliquée par des experts en géomatique et en hydrologie. C’est lors d’un atelier qui a eu lieu le 20 avril dernier, au Centre de congrès de Thetford, que la MRC a dévoilé à plus de 60 participants présents les milieux identifiés.

Lors de cette activité, les participants issus des domaines agricole, forestier et municipal ainsi que les élus et les organismes de bassins versants ont eu l’occasion de prendre connaissance des travaux réalisés. « La préservation de nos milieux humides et hydriques est essentielle non seulement pour le maintien d’un équilibre environnemental sain et pour les écosystèmes qu’ils abritent, mais également pour le développement durable de toute la région », mentionne Jacynthe Patry, préfète de la MRC des Appalaches. 

À noter que c’est la MRC de Lotbinière qui a été mandatée pour la réalisation du PRMHH de la Chaudière-Appalaches.

Au terme du PRMHH, les choix de conservation identifiés sur le territoire permettront de bâtir le prochain plan d’action de la MRC qui sera valide pour les dix prochaines années. « Il est bien important de comprendre que le plan d’action servira d’outil de planification et non d’outil réglementaire. Ce sera à chaque municipalité de décider quelle affectation sera donnée à chaque milieu identifié », souligne la préfète. 

Certains milieux humides et hydriques pourraient se voir attribuer un statut de conservation ou de restauration par exemple, mais de nouvelles réglementations entourant ces milieux ne sont pas prévues. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires