Saint-Adrien-d’Irlande : y avait-il conflit d’intérêts?

Trois conseillers de Saint-Adrien-d’Irlande, Claude Blais, Rock Côté et Solange Thibault, ont comparu devant la Commission municipale du Québec (CMQ), les 5, 23 et 24 septembre, en lien avec une plainte déposée par un résident de la municipalité au sujet d’un possible conflit d’intérêts.

La plainte concerne les liens des trois conseillers avec l’implantation d’un projet du promoteur éolien 3Ci à Saint-Adrien-d’Irlande. En effet, en 2012, alors qu’ils étaient déjà conseillers à cette époque, M. Blais, M. Côté et Mme Thibault ont tous signé une option avec le promoteur. Une option signifie qu’ils pourraient éventuellement avoir une éolienne, un chemin menant à une éolienne ou des câbles sous terre sur leur terrain si un projet se concrétise.

Cette option leur donnait 300 $ par année depuis la signature et ce montant a été majoré à 450 $ cette année. L’installation d’une éolienne sur leur terrain pourrait leur rapporter de 5000 à 7000 $ par année. Les montants seraient toutefois moins importants s’il s’agissait de chemins ou de câbles enfouis. Les juges de la CMQ, Denis Michaud et France Thériault, devront donc décider si les trois conseillers se sont placés en conflit d’intérêts lors des séances publiques et des caucus lorsqu’il était question du dossier éolien. Aucune date n’a été fixée quant à l’annonce de la décision.

Depuis plusieurs mois, lorsqu’il était question des éoliennes, les trois conseillers se retiraient de toute résolution lors des séances publiques du conseil. M. Blais a cependant avoué que lors des caucus, ils ne se retiraient pas. Ils ont d’ailleurs commencé à le faire seulement lors de l’annonce de la plainte à la CMQ.

Lors de son témoignage, M. Blais a affirmé qu’il ne se trouvait pas en conflit d’intérêts à son avis puisqu’il ne s’agissait pas de décisions formelles concernant un projet éolien, mais bien d’informations qu’on leur transmettait. Il s’était d’ailleurs retiré de la présidence du Comité consultatif d’urbanisme en raison de la signature de son option.

La plainte a été déposée au début de l’année par Jocelyn Desjarlais, opposant au projet éolien à Saint-Adrien-d’Irlande. Ce dernier est venu témoigner devant les juges de la CMQ, en plus de Robert Vincent, président de 3Ci, Jessika Lacombe, mairesse de Saint-Adrien-d’Irlande, Ghislaine Leblanc, directrice générale de la municipalité, ainsi que les trois conseillers en cause.

Après son témoignage, Claude Blais n’a pas voulu faire de commentaires sur la cause, mais a quand même affirmé qu’il faisait confiance au processus. Il a également lancé un avertissement à ceux qui seraient tentés de juger trop rapidement. « Nous espérons que s’il se fait des commentaires autour de l’intégrité des conseillers, les gens seront prudents. L’intégrité de quelqu’un, c’est une valeur importante », a-t-il déclaré.

Le projet sur la glace, mais…

L’été dernier, Saint-Adrien-d’Irlande se retirait d’un partenariat proposé par 3Ci dans le cadre de l’appel d’offres qui se terminait le 3 septembre. « Vu le retrait de Thetford Mines, nous avons décidé d’attendre pour le moment afin de prendre un temps de réflexion et de mieux nous informer par rapport au  projet éolien de partenariat. Nous avons avisé 3Ci que nous nous retirions du projet de partenariat, mais que cette décision n’impliquait pas que le conseil municipal renonce à tout projet éolien sur son territoire », avait alors expliqué la mairesse, Jessika Lacombe.

Lors de son apparition devant la CMQ, il a été possible de comprendre que le conseil municipal de Saint-Adrien-d’Irlande était tout aussi intéressé aujourd’hui à obtenir un projet éolien sur son territoire.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires