Thetford Mines fait place à l’innovation

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Thetford Mines fait place à l’innovation
Le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, le président de l'UMQ, Daniel Côté, et le vice-président de la Communauté d'agglomération de Nevers, Fabrice Berger (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Plus de 300 personnes provenant d’un peu partout au Québec et de la France sont réunies cette semaine au Centre de congrès de Thetford Mines afin de prendre part à l’édition 2022 du Sommet international de l’innovation en villes médianes.

Du 25 au 27 octobre, les participants de près de 65 villes peuvent ainsi bénéficier de l’expérience de quelque 25 panellistes et d’échanger avec les 70 exposants venus présenter leurs solutions innovantes.

Il faut savoir que cet événement a pour objectif de créer des passerelles économiques entre des municipalités de taille moyenne à travers le monde et leurs entreprises qui se démarquent. Il a vu le jour en 2018 en France à la suite d’une idée développée par le président de Nevers agglomération, Denis Thuriot, et le maire de Shawinigan, Michel Angers, lors d’un colloque à Las Vegas.

« Puisque nos territoires ont plusieurs similarités, ils se sont dit pourquoi ne pas organiser un sommet international des villes médianes permettant de fédérer et de poser les problématiques que nous avons afin d’y trouver des solutions, que ce soit par l’intermédiaire du numérique ou d’autres moyens conventionnels », a mentionné le vice-président de la Communauté d’agglomération de Nevers en France (ndlr : l’équivalent d’une MRC au Québec) présent pour l’occasion, Fabrice Berger.

Pour lui, ce type d’événement est très important. « Seuls, nous allons vite, mais ensemble, nous allons beaucoup plus loin. Si nous sommes plusieurs à réfléchir à une problématique, nous avons plus de chances de trouver des solutions. Nous avons pu visiter la ville et nous avons constaté que beaucoup de progrès ont été réalisés. Nous venons ici pour nous en inspirer et voir si nous pouvons répliquer cela chez nous. À l’inverse, nous avons déjà travaillé sur plusieurs sujets tels que la gestion de l’eau et de l’énergie avec tous les dérèglements climatiques que nous connaissons. Nous venons aussi apporter notre savoir-faire à nos amis élus de Thetford Mines et du reste du Québec. »

Une belle vitrine

Selon le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau, ce sommet international se veut une belle vitrine pour les entreprises d’ici. « Nous en avons plusieurs sur place, dont Techno Pieux et Pultrall. C’est aussi bénéfique pour notre centre de congrès. Nous avons construit cette infrastructure pour ce type d’événement. Présentement, plus de 300 personnes de partout au Québec et de la France sont chez nous. La très grande majorité n’avait jamais mis les pieds ici. C’est une occasion pour recevoir de la belle visite. »

Il a d’ailleurs tenu à souligner le fait qu’il a fallu faire preuve d’innovation pour que le projet du centre de congrès puisse voir le jour. « Parfois, il faut réfléchir autrement. Nous devons faire les choses différemment et mieux. Si nous prenons l’exemple du centre de congrès, nous avons dû trouver une nouvelle façon de s’y prendre pour que cela fonctionne. Ça faisait des décennies que nous tournions en rond dans ce dossier », a-t-il dit.

De son côté, le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Daniel Côté, a indiqué que les administrations municipales sont confrontées à plusieurs enjeux en matière d’innovation, dont le cadre réglementaire est souvent jugé trop étroit. « Il ne nous permet pas d’innover à la juste mesure de ce dont nous aurions besoin. Ce cadre empêche les municipalités d’aller plus loin. Il faut le défoncer par des modifications législatives. Nous vivons aussi dans une fiscalité désuète qui nous empêche d’avancer. Nous devons avoir les moyens d’agir. S’il faut que ce soit toujours rattaché à une taxe foncière ou à une taxation sur un bâtiment, alors que nous sommes en train de dématérialiser l’économie, nous ne nous en sortirons pas. »

Il estime que les municipalités doivent avoir les coudées franches. « Ce sont des gouvernements de proximité. Elles ont souvent les pistes de solution les plus adaptées au terrain. »

« Lorsque l’on essaie d’implanter la même recette provenant d’en haut pour tout le Québec, quelques fois ça ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas en concurrence les unes envers les autres. Nous sommes là pour apprendre et nous nous partageons beaucoup de connaissances », a renchéri le maire Brousseau.

Expansion outre-mer

L’impact de ce sommet se fait déjà ressentir puisque le maire de Thetford Mines et le vice-président de la Communauté d’agglomération de Nevers ont procédé à la signature d’une convention importante. En effet, cette dernière vient officialiser un partenariat économique visant à offrir, gracieusement, l’ensemble des services d’accompagnement de l’écosystème entrepreneurial de chaque ville aux jeunes entreprises de ces deux régions qui ciblent une expansion outre-mer.

Plus précisément, celles hébergées au sein des incubateurs L’INKUB de Nevers et E2RT à Thetford Mines pourront bénéficier de divers services de développement économique, d’un accompagnement spécifique pour la découverte de l’écosystème local, de l’expertise des professionnels spécialisés de l’écosystème, d’un service de mentorat, de visites personnalisées et, finalement, d’infrastructures et d’espaces de travail modernes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires