Un bébé ne fait pas l’unanimité au conseil municipal

La présence du bébé d’une conseillère aux séances du conseil municipal en dérange certains à Saint-Jean-de-Brébeuf. Bien que deux collègues ne soient pas d’accord que le petit Ludovic suive sa maman Claudine Demers, cette dernière a bien l’intention de continuer à remplir ses obligations tout en s’occupant de sonelle bambin.

Comme elle a accouché de son fils en décembre dernier, il faut encore qu’elle l’allaite plusieurs fois par jour. Faisant partie du conseil et s’occupant de plusieurs comités dans la petite municipalité, elle l’amène avec elle à trois ou quatre réunions par mois.

Cependant, le lundi 2 mai, un commentaire de désapprobation de la part d’un des conseillers a mené à un vote demandé par le maire Ghislain Hamel. Le commentaire «est-ce que c’est une garderie ici?» a choqué la maman sur le coup. «De la manière qu’il l’a dit, ça m’a dérangée. Il m’en aurait parlé en privé d’une autre manière et ça ne m’aurait pas dérangée», raconte-t-elle.

Le maire a alors demandé le vote afin de voir si l’opinion était partagée par les autres conseillers. Au final, deux échevins sur cinq, soit Ghislain Champagne et Gervais Côté, ont voté contre la présence du bambin. Rejoints par le journal et invités à partager leurs points de vue, les deux conseillers ont décidé de ne pas commenter, M. Côté invitant l’auteure de ces lignes à la prochaine séance du conseil pour en savoir plus sur sa position.

Selon Mme Demers, ce n’est pas nécessairement le fait qu’elle allaite qui dérange, mais peut-être les bruits que fait son bébé. «Quand je l’allaite, je le fais de façon très discrète et au moment où il doit fait son rot, je me retire de la table. Je reviens seulement quand je l’ai calmé», soutient-elle.

Cette dernière avait pourtant demandé à ses collègues au départ si la présence du bambin les dérangerait, mais ils avaient répondu par la négative. «Je ne leur en veux pas et je vais continuer de leur parler concernant nos dossiers. Je ne suis pas rancunière. Je ne veux pas déranger. L’allaitement je trouve que c’est la chose la plus naturelle du monde. Comme avec mes autres enfants, je le fais pendant six mois et ensuite ce sera terminé. Il ne me reste qu’un mois avec Ludovic. De plus, je me suis informée à l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et on m’a dit qu’il n’y avait pas de règle l’interdisant», raconte Mme Demers.

Une conseillère impliquée

La jeune maman de quatre enfants âgés entre cinq mois et sept ans s’est présentée pour la première fois aux élections municipales en 2013 et avait été élue par acclamation. Le maire Ghislain Hamel lui avait proposé de se présenter après avoir remarqué son implication dans le comité Famille.

«En plus de son rôle de conseillère, elle fait partie de plusieurs comités, comme celui des éoliennes, du Chemin de St-Rémi et de la Corporation de développement économique. Je n’ai que des félicitations à lui faire pour son implication. Les jeunes n’osent pas toujours se lancer, mais c’est en les soutenant et en les encourageant que la relève sera assurée», a mentionné le maire au Courrier Frontenac.

Selon lui, la présence de Ludovic au conseil municipal n’est pas un problème. «Il n’y a pas de congé parental pour les conseillers municipaux. De toute façon, ça ne dure pas longtemps. Il est un peu plus vivant maintenant, mais au début il ne faisait que dormir. Je trouve que c’est avoir un esprit obtus d’être en désaccord avec sa présence. J’aime bien mieux que la conseillère se présente avec son bébé plutôt qu’elle ne vienne pas du tout. Elle a plusieurs gros dossiers et si elle ne vient pas, certains risquent de tomber.»

L’UMQ ne voit pas de problème

À l’UMQ, on soutient que la marche à suivre dans ces situations est laissée à la discrétion des élus. «Chaque conseil se dote de ses règles de procédures. En prenant un vote, la décision devient la règle à suivre», explique Patrick Lemieux, conseiller aux communications et aux relations médias à l’UMQ.

Ce dernier souligne néanmoins que c’est la première histoire de ce genre qui soit portée à son attention dans le monde municipal. «Probablement que de plus en plus de conseils municipaux seront assez ouverts de ce côté parce qu’il y a un enjeu de relève en politique municipale qui nécessite la conciliation travail-famille. C’est d’autant plus important dans les petites municipalités où l’enjeu de la relève est bien présent. Qu’un conseil municipal démontre de l’ouverture et de la tolérance, ça intéressera de plus de jeunes femmes à se lancer. Par ailleurs, ça s’est déjà vu à la Chambre des communes à Ottawa qu’une députée y amène son bébé. C’est un accommodement à mon avis qui est tout à fait raisonnable», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires