Un évident malentendu

Un évident malentendu
Le député Laurent Lessard 

THETFORD. Le député de Lotbinière-Frontenac, Laurent Lessard, s’est dit étonné d’apprendre que la région de Thetford s’attendait à ce qu’il y ait un fonds pour soutenir sa diversification économique dans le budget du ministre Carlos Leitão.

Pour M. Lessard, il a toujours été clair qu’il s’agissait d’une approche ministère par ministère et non pas globale. «Pendant la campagne électorale, la MRC des Appalaches et la Société de développement économique (SDE) ne m’ont jamais demandé d’avoir un fonds dédié. Toutefois, elles ont mentionné qu’elles voulaient que la région soit traitée comme les autres. Nous avons constitué un comité et nous avons dit que nous allions documenter ce dont nous avions besoin», a-t-il confié au COURRIER FRONTENAC.

Selon lui, l’important c’est que les ministères aient suffisamment d’argent pour répondre aux demandes de la région dans le cadre de l’ère postamiante. «C’est pour cela que j’ai immédiatement déposé au premier ministre le document préparé par le Comité de concertation économique des Appalaches. J’ai ensuite écrit à la Ville et à la SDE à l’effet qu’il fallait qu’elles déposent leurs demandes auprès des ministères pour lesquels il y aura des fonds en fonction du budget», a ajouté M. Lessard.

Problèmes de communications?

Le député a indiqué que la mesure du 50 millions $ pour Asbestos n’a pas été annoncée dans le budget et qu’il ne s’attendait pas du tout à ce que quelque chose de semblable soit annoncé pour la région de Thetford. «Ça fait au moins cinq semaines que je demande de rencontrer le maire Brousseau à ce sujet. Je ne peux pas l’empêcher de faire des demandes parce que quand tu ne fais rien tu n’as rien. Nous nous sommes bien compris là-dessus. Le budget, ça ne s’écrit pas en une semaine. Ça prend cinq à sept mois de consultations publiques», a-t-il renchéri.

Ce dernier a affirmé avoir écrit aux intervenants du milieu économique il y a quelques semaines afin qu’ils déposent leurs demandes le plus rapidement. «Je leur ai dit : vous avez des projets d’identifiés et je vous demande de les inscrire dans les ministères appropriés et de me faire connaître les numéros qui vous sont attribués pour que je puisse rencontrer les ministres et faire avancer les projets. Par contre, il faut qu’ils montent leurs projets eux autres même et qu’ils les déposent dans les ministères appropriés», a-t-il conclu.

À lire aussi : Ère postamiante : une stratégie à revoir

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires