La pierre à savon au cœur d’une communauté

La pierre à savon au cœur d’une communauté
Les Pierres stéatitesest l’une des rares entreprises en Amérique du Nord à exploiter un gisement de pierre à savon. Les autres stéatites architecturales sont principalement extraites en Virginie centrale aux États-Unis

La participation de la Municipalité de Saint-Pierre-de-Broughton au concours « Sauvez un bâtiment de chez vous » de la chaîne Historia suscite de l’intérêt de la part de la population pour l’histoire de la région, directement liée à cette industrie.

Le conseiller municipal responsable du projet de sauvegarde du bâtiment, Fernand Laplante, s’est d’ailleurs intéressé à l’histoire de ce minerai et à son exploitation. « Dans notre région, la pierre à savon est associée à la mine Cyr du Rang 11 de Saint-Pierre et à la production de talc qui a eu cours jusqu’en 1976 », rapporte-t-il. En 1944, la mine Cyr-Broughton constituait le plus important gisement de stéatite (pierre à savon) au Québec, apprend-on dans le document Voyage au cœur des Appalaches, du Musée minéralogique et minier de Thetford Mines.

Le bâtiment fait de blocs de stéatite de Saint-Pierre-de-Broughton a été construit en 1933 par la société Broughton Soapstone Quarry qui exploitait, entre autres, le gisement adjacent et y avait installé ses bureaux. La compagnie fabriquait des briques réfractaires pour les fonderies et les érablières, des crayons servant aux ferblantiers et aux soudeurs-monteurs, ainsi que du talc pulvérisé pour les fabricants de caoutchouc et de produits insecticides.

Mais bien avant que l’industrie s’intéresse à la stéatite pour ses propriétés d’isolation thermique, sa résistance et sa densité, les artisans du passé utilisaient cette pierre en raison de sa malléabilité. L’utilisation de la pierre à savon pour la sculpture remonte à plus de 2000 ans av. J.-C. On a notamment retrouvé des statues et des reliefs bien conservés en Syrie et en Irak. Les Vikings, pour leur part, taillaient des marmites à même les blocs de pierre à savon.

La stéatite aujourd’hui

Si la pierre à savon fait partie de l’histoire et du patrimoine de Saint-Pierre-de-Broughton, elle se conjugue encore au présent dans la collectivité voisine d’East Broughton où deux entreprises ont pignon sur rue. L’entreprise Les Pierres stéatites y exploite toujours un gisement et transforme le matériau pour en faire des comptoirs de cuisine et de salle de bain, des foyers de masse et autres produits architecturaux. Créé tout récemment, l’Atelier stéatite fabrique pour sa part des urnes funéraires.

Pour ses qualités esthétique et plastique, elle est encore prisée par les sculpteurs, comme en témoigne l’art inuit.

« Sauvez un bâtiment de chez vous »

La Municipalité de Saint-Pierre-de-Broughton a amorcé, au cours des derniers jours, sa campagne de mobilisation pour inviter la population à voter massivement pour son projet de sauvegarde du bâtiment de pierre à savon au concours « Sauvez un bâtiment de chez vous » de la chaîne Historia. Jusqu’au 2 juin, tous les citoyens qui ont accès à Internet peuvent enregistrer leur vote sur le site d’Historia, http://www.historiatv.com/concours/sauvez-un-batiment-de-chez-vous/batiment-en-pierre-a-savon. Ils peuvent inscrire leur appui une fois par jour par adresse courriel.

Rappelons que la Municipalité aimerait court la chance de remporter la Bourse Historia de 25 000 $ pour lui aider à réaliser son projet de sauvegarde du bâtiment de pierre à savon. Elle veut déplacer ce joyau patrimonial dans un parc thématique au centre du village, le restaurer et en faire un centre d’interprétation sur l’exploitation et la transformation de la pierre à savon. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires