Philantropie planifiée : être généreux, même après la mort

Par Ali Dostie
Philantropie planifiée : être généreux, même après la mort
Éric Dupont (Photo gracieuseté)

Les dons en temps et en argent sont des moyens bien connus pour soutenir une cause, mais le chef d’entreprise derrière Intégral Demo Correction (IDC), Dr Éric Dupont, souhaite que soit davantage connue et répandue la troisième méthode de philanthropie, celle des dons planifiés laissés en legs après la mort.

Si Éric Dupont s’est donné pour mission de faire la promotion de la philanthropie planifiée, il ne faut pas croire qu’il doute de la générosité des Québécois. «Si tout le temps donné à des organismes au Québec était rémunéré à 10 $ de l’heure, cela représenterait 4 G $ par année. Et le total des dons en argent est d’environ 1 G $», lance-t-il d’entrée de jeu.

Soucieux de donner l’exemple et de contribuer à la société, Dr Dupont a déjà prévu dans son testament 5 M $ de dons à différents organismes en santé, en éducation et en culture. Les organismes sont prévenus à l’avance de ce type de dons.

«Tout le monde devrait avoir fait son testament et pensé à une ou deux causes qui lui tient à cœur.»

«Cinq millions de dollars, c’est une goutte dans l’océan des besoins. C’est pourquoi je veux créer un effet d’entraînement», évoque-t-il.

Par exemple, il espère que son legs de 1 M $ qu’il versera à la Fondation de l’Université Laval afin de promouvoir l’entrepreneuriat dans toutes les facultés «serve aussi de levier et incite d’autres à faire de même».

C’est ainsi qu’a été créé le Club des 100 associés, qui compte trouver 100 personnes prêtes à laisser un legs de 1 M $ à l’établissement d’enseignement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires