Thomas Chabot s’entend avec Eye of the Tiger

Thomas Chabot s’entend avec Eye of the Tiger

Le boxeur thetfordois Thomas Chabot a encore prouvé qu'il est le meilleur de sa classe.

Le pugiliste thetfordois Thomas Chabot a franchi une importante étape de sa jeune carrière en concluant une entente avec le groupe Eye of the Tiger Management (EOTTM) appartenant à Camille Estephan, maintenant le plus important promoteur de boxe au Canada.

Il faut toutefois préciser qu’il ne s’agit pas d’un contrat et que le boxeur de 16 ans n’aura aucune obligation envers EOTTM. «Je ne signerai pas de contrat avant la fin des Olympiques en 2020. Nous nous sommes entendus pour que Camille m’aide à atteindre mes objectifs. Je vais pouvoir m’entraîner avec ses boxeurs», a expliqué Thomas en entrevue avec le Courrier Frontenac.

Le triple champion canadien junior ne s’attendait pas à ce qu’une telle chose arrive aussi tôt dans sa carrière. «Il a contacté mon père pour lui faire part de ses intentions. C’est venu comme une grosse surprise. C’est un grand support pour moi et une source de motivation. Ça va aider à faire progresser ma boxe», a affirmé Thomas en confirmant qu’il n’est pas commun qu’un boxeur aussi jeune que lui s’entende avec un promoteur de cette importance.

Comme les installations d’EOTTM sont situées à Montréal, le Thetfordois devra aller s’installer là-bas. Il a cependant souligné qu’il restait membre du Club de boxe de Robertsonville, tout en continuant de s’entraîner avec Stéphane Lachance.

Une source de fierté

Pour le père de Thomas Chabot, Constant, qui suit son fils depuis ses débuts dans la boxe, il s’agit d’un moment longtemps rêvé. «C’est un sentiment assez incroyable. Je suis excessivement fier de Thomas. Ce sont cinq années de dur travail, de sacrifices, de sueur et de sang. Pour nous, c’est un mode de vie et l’objectif a toujours été le même, soit être le meilleur. J’ai le sentiment du devoir accompli», a-t-il avoué.

Même si cette entente est un grand pas en avant dans la carrière du jeune boxeur, Constant Chabot a précisé que le travail était loin d’être terminé. «Il reste tellement à faire. L’association avec EOTTM va permettre à Thomas de passer à un niveau supérieur en s’entraînant avec les meilleurs professionnels, comme l’ancien champion du monde David Lemieux. L’analogie est la même qu’un jeune de 16 ans qui se ferait dire par les Canadiens de Montréal de venir s’entraîner avec eux à temps plein et de profiter des mêmes entraineurs et spécialistes. Jarek Kulesza sera le préparateur physique de Thomas, c’est un top au niveau national.»

Selon le père de Thomas, Camille Estephan leur a raconté vouloir qualifier le pugiliste pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 et en faire un médaillé. «C’est la même entente qu’il avait avec Ariane Fortin. Elle participera bientôt aux Jeux de Rio. Il a été clair là-dessus, il veut tout mettre en œuvre pour que Thomas atteigne cet objectif», a conclu Constant Chabot.

Eye of the Tiger se porte acquéreur d’Interbox

Le monde du pugilat au Québec tourne un important chapitre de sa longue histoire aujourd’hui (mercredi). Un peu moins de 20 ans après sa fondation par l’homme d’affaires allemand Hans-Karl Muehlegg, le groupe Interbox passe aux mains de Eye of the Tiger Management.

La nouvelle a été confirmée lors d’une conférence de presse qui aura lieu à 11 h 30 mercredi matin en présence des présidents des deux organisations montréalaises, Jean Bédard et Camille Estephan.

Éric Lucas, l’un des plus beaux joyaux de l’histoire d’Interbox, et Antonin Décarie, membre actuel de Eye of the Tiger Management, étaient aussi de la partie.

Créée en 1997, Interbox, alors dirigée par Yvon Michel et Bernard Barré, a lancé la carrière de plusieurs pugilistes, tant québécois qu’étrangers. Deux de ses protégés ont mis la main sur des titres mondiaux, soit Lucas, monarque mondial des poids super-moyens pendant près de deux ans entre 2001 et 2003, et le Roumain Leonard Dorin, chez les poids légers, de 2002 à 2004.

Eye of the Tiger Management a vu le jour en 2008 et compte en ses rangs David Lemieux, couronné champion du monde des poids moyens de l’IBF le 20 juin 2015. Lemieux a cependant perdu son titre quatre mois plus tard face à Gennady Golovkin.

Source : La Presse Canadienne

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires