Francis Mulrey coupable d’homicide involontaire

Francis Mulrey coupable d’homicide involontaire

Francis Mulrey

Crédit photo : Photo tirée de Facebook

PAR LOUISE BÉDARD – Vendredi matin, au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu, Francis Mulrey, 53 ans, a reconnu avoir causé la mort de Lucille Morin, le 7 août 1991, commettant ainsi un homicide involontaire coupable.

Accusé initialement de meurtre non prémédité, l’homme originaire de Thetford Mines devait subir son procès devant jury en septembre. Les représentations sur la peine auront lieu le 12 septembre. Mulrey est détenu depuis déjà trois ans alors que la Sûreté du Québec avait procédé à son arrestation, soit 24 ans après la commission du crime.

Crime

La victime, une femme de 69 ans, avait été trouvée sans vie dans son appartement de la rue Latour, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle avait été frappée à coups de fer à repasser.

À l’époque le Service de police de Saint-Jean avait mené l’enquête qui avait conduit les policiers, en 1995, à interroger Mulrey. Les enquêteurs le suspectaient d’être l’auteur du crime, mais la preuve était insuffisante pour porter des accusations.

L’accusé n’était pas un proche de la victime. Il ne la connaissait pas, si ce n’est qu’il était allé nettoyer des tapis dans son logement, quelques semaines auparavant.

Le jour du crime, il y retourne pour lui offrir de laver les fenêtres. Il a besoin d’argent pour se procurer de la drogue. Il était déjà sous l’influence de la «free base» quand il se présente à la résidence de la victime qui le fait entrer. Mais devant le comportement bizarre de Mulrey, elle lui aurait demandé de quitter les lieux.

Selon l’exposé des faits déposé en cour, Mulrey aurait alors été envahi d’un sentiment de panique et a empoigné un fer à repasser et a asséné plusieurs coups à la femme. Il a fouillé le logement et a volé de l’argent pour ensuite s’acheter des stupéfiants.

Mr Big

Il y a un peu moins de quatre ans, la section des crimes non résolus de la Sûreté du Québec reprenait l’enquête et mettait en place plusieurs scénarios pour approcher le suspect afin de lui faire son crime. Il s’agit d’une technique communément connue sous le nom de Mr Big.

Vendredi matin, à un mois de l’ouverture du procès, l’accusé reconnaissait sa culpabilité à une accusation réduite. Le juge Daniel Royer, de la Cour supérieure, l’a déclaré coupable d’homicide involontaire.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar