Lancement de la campagne @relation100questions : initiative visant les jeunes de 12 à 25 ans

Les quatre maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale de la région de Chaudière-Appalaches ont lancé cette semaine la campagne @relation100questions. Cette initiative vise à sensibiliser les jeunes de 12 à 25 ans aux relations saines et à répondre à leurs questions à ce sujet.

À la suite du succès de la campagne #àlamaison créée en 2022, les maisons d’hébergement ont décidé de répéter l’expérience en visant cette fois-ci un public vivant ses premières relations amoureuses. « Notre objectif est de sensibiliser les jeunes pour qu’ils soient au courant de ce qu’est une relation saine par rapport à une relation toxique et qu’ils partent sur de bonnes bases », explique Marie-Karine Boucher, intervenante à la maison d’hébergement La Gîtée à Thetford Mines.

La campagne se déploie d’abord sur la plateforme Instagram sous le compte @relations100questions. Chaque semaine, une vignette abordant différents sujets liés aux relations amoureuses sera publiée. Les jeunes pourront ainsi poser des questions sous la vignette ou en privé aux intervenantes. Par cette initiative, les quatre maisons souhaitent leur offrir un espace sécuritaire et anonyme.

Un autre volet consiste à aller à la rencontre des étudiants dans les cégeps de Chaudière-Appalaches ainsi qu’à l’UQAR – campus de Lévis. Ceux-ci sont invités à participer à des vox pops qui seront diffusés sur le fil Instagram. « Nous leur posons trois questions en lien avec les relations amoureuses saines pour avoir leurs impressions et savoir en quoi nous devons les sensibiliser », précise Mme Boucher. 

Cette tournée des cégeps s’amorçait le 6 février à Saint-Georges et elle était de passage au Cégep de Thetford le 8 février. « Nous y allons pour une période achalandée en milieu de journée et nous les approchons en leur parlant de la campagne et en leur posant des questions afin d’amener une réflexion. »

Selon Marie-Karine Boucher, les sujets les plus communs en ce qui a trait aux relations amoureuses chez les jeunes sont le contrôle et la jalousie. « À la base, ce sont de grands consommateurs de technologie. L’utilisation de celle-ci, comme la fonction de localisation, quand c’est ton chum ou ta blonde qui te demande de la mettre, peut devenir une forme de contrôle dans une relation. Le mot jalousie est aussi plus difficile parce que plusieurs croient que c’est une preuve d’amour. L’idée est de reconnaître les limites et de les poser. »

Bien que la campagne s’adresse aux jeunes, l’intervenante à La Gîtée croit que le sujet peut aussi intéresser les parents. « J’espère que @relation100questions pourra ouvrir le dialogue et permettre des échanges entre les parents et les enfants. »