L’Assurancia s’écroule devant les Éperviers

L’Assurancia s’écroule devant les Éperviers

Maxime Macenauer a été le meilleur pointeur de l’équipe en série avec 19 points en 17 parties.

Crédit photo : Photo gracieuseté – La Gang des Multis

Les visages étaient longs dans le vestiaire de l’Assurancia de Thetford après la défaite de 5-2, samedi, contre les Éperviers de Sorel-Tracy dans le septième et ultime match de la demi-finale de la Ligue nord-américaine de hockey. Ce gain permet aux Éperviers d’accéder à la grande finale contre les 3L des Rivières-du-Loup, les tombeurs des champions en titre, les Marquis de Jonquière.

Menant la série par trois victoires à une, l’Assurancia a été incapable d’en finir avec les Éperviers qui ont remporté des gains de 2-1 à domicile, jeudi, et de 3-0 au Centre Mario Gosselin, vendredi.

Alexandre Tremblay a bien résumé la situation. «On a fait la même chose contre Rivière-du-Loup dans le match numéro six à la maison. Contre Sorel-Tracy, tu perds la cinquième partie pour faire 3-2, c’est une chose, mais tu reviens à la maison pour terminer la série et tu l’échappes avec une performance encore relativement ordinaire. C’est décevant.»

Le capitaine a déploré la courte série deux de trois que l’équipe a dû disputer contre Saint-Georges pour accéder à la demi-finale. «On l’a gagnée, mais elle nous a coûté cher. On a perdu trois joueurs qu’on n’aurait pas perdus si on n’avait pas eu à jouer cette série-là.» Il faisait référence aux pertes du gardien Gabriel Girard et des attaquants Thomas Beauregard et Francis Charland.

L’attaque en panne

Le manque d’attaque dans les trois derniers matchs a été un facteur déterminant. Avant le but de Christophe Losier en fin de troisième samedi, l’offensive de l’Assurancia avait été blanchie pendant 158 minutes et 18 secondes. «On a eu de la misère à créer des occasions contre eux, mais il faut leur donner ce qui leur revient. C’est une équipe solide défensivement, mais il n’y a pas de raison de ne pas arriver à marquer de buts», d’affirmer Alexandre Tremblay qui a aussi pointé l’inertie du jeu de puissance qui n’a produit que six buts en 43 occasions dans la série.

Sylvain Deschâtelets avait un point de vue différent. «On dirait que tous les joueurs d’avant ont connu une petite léthargie en même temps. Souvent, il y a une ou deux lignes qui parviennent à marquer, là, c’était les trois en même temps. Marco Cousineau a fait de gros arrêts, mais on ne l’a pas assez défié.»

À huit minutes de la finale

L’Assurancia avait une mince avance de 1-0, jeudi, quand une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire a mené au premier but des Éperviers qui ont rappliqué avec un second trois minutes plus tard et se sauver avec la victoire pour éviter l’élimination.

«On s’entend que la série s’est jouée sur cette pénalité de six joueurs. On était à huit minutes de les éliminer. Cousineau a bien fait, mais on a manqué de punch en attaque», a convenu le défenseur Pierre-Luc Lessard.

Ce dernier était déçu de la tournure de la série. «On aurait aimé remporter le match de vendredi à la maison pour clore la série. On a manqué des chances dans deux séries et ça fait mal. Dans le match de ce soir (samedi»), notre indiscipline a fait qu’ils ont marqué en avantage numérique. Peut-être que si on avait marqué le premier but, ça aurait fait une déférence.»

La fin pour Deschâtelets

L’émotion était palpable chez Sylvain Deschâtelets après la rencontre quand il a confié qu’il avait probablement disputé son dernier match en carrière. «Je vais réfléchir, même si ma décision est pas mal prise. J’ai tout donné, mais à un moment donné, il faut tourner la page», a-t-il mentionné des trémolos dans la voix.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar