L’Hôtel-motel Balmoral toujours en restructuration

L’Hôtel-motel Balmoral toujours en restructuration

L'Hôtel-motel Balmoral

Crédit photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard

Malgré la fermeture de la section hôtelière au printemps 2017, les créanciers de l’Hôtel-motel Balmoral poursuivent la restructuration du vaste complexe situé sur le boulevard Frontenac Est à Thetford Mines.

Un avis publié par Jean Lelièvre Syndic de Québec indique la faillite de l’entreprise «Balmoral Motel-Hôtel inc.» en date du 5 janvier 2018 et que la première assemblée des créanciers se tiendra le lundi 22 janvier au palais de justice de Thetford Mines.

Or, Christine Lessard de l’entreprise Coaching plus, mandatée pour redresser la situation, a mentionné que le complexe demeurait bien ouvert et que cet avis ne change en rien les activités de location des studios à l’arrière et celles du bar La P’tite Grenouille.

«Dans les faits, c’est l’ancien propriétaire Vidal Lebon Guiba qui a déclaré faillite. Son hypothèque avait été rappelée par les créanciers, soit la famille de Rolland Veilleux de Saint-Georges. Ils ont repris l’immeuble et les meubles», a raconté Mme Lessard au Courrier Frontenac.

Selon elle, M. Lebon Guiba avait engendré beaucoup de dettes envers plusieurs fournisseurs et celui-ci n’avait d’autres choix que de poser ce geste. La famille Veilleux aurait alors créé une nouvelle compagnie en reprenant les clés des lieux et continue d’opérer le Balmoral.

«La publication de l’avis de faillite peut mêler les gens. Le complexe demeure ouvert.» – Christine Lessard

Il faut se rappeler que l’homme d’affaires lévisien Vidal Lebon Guiba avait obtenu en 2015 un prêt de 1,6 million $ de la part de Rolland Veilleux, actionnaire de l’importateur de vêtements Groupe RGR, pour l’achat du Balmoral. Ce dernier devait agir à titre de facilitateur le temps qu’un prêt puisse être consenti par une institution financière.

Ce qui devait être une belle aventure pour M. Lebon Guiba s’est plutôt transformé en véritable fiasco. Il a eu droit à une surprise de taille lorsqu’il s’est présenté à une caisse de la région, après avoir effectué des rénovations de 1,2 million $. Celui-ci s’est vu refuser les sommes demandées puisque le Balmoral n’était pas rentable.

C’est à ce moment que le Lévisien a avisé son bailleur de fonds qu’il ne pouvait plus continuer dans cette voie. Il a donc reçu, entre le 15 et 17 février 2017, un avis de paiement de 60 jours à défaut de quoi le créancier était en droit de reprendre les clés du complexe.

D’après Christine Lessard, quelques travaux de maintenance sont en cours en vue d’une possible réouverture de la section hôtelière dans un avenir plus ou moins rapproché. «Nous sommes en dilemme à savoir si nous rouvrons les chambres et si nous engageons des gens. Nous sommes rendus là dans la réflexion. La section hôtelière n’est pas fermée définitivement. Nous prenons le temps de tout remettre sur pied avant de rouvrir.»

À noter que la location des studios se trouvant à l’arrière du complexe demeure. Il n’y a donc aucun changement pour les occupants. La boite à chansons La P’tite Grenouille poursuit également ses activités de divertissement.

À lire : Hôtel-motel Balmoral : un gouffre financier sur toute la ligne

À lire : Hôtel-motel Balmoral : la famille Payeur réagit

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar