Un nouveau départ pour la quincaillerie de la Coop St-Méthode

Un nouveau départ pour la quincaillerie de la Coop St-Méthode

La nouvelle quincaillerie est située dans une ancienne usine de la 1re avenue Ouest dans le secteur St-Méthode à Adstock.

Crédit photo : Courrier Frontenac – Claudia Fortier

Rasée par les flammes le 30 mars 2016, la quincaillerie de la Coop de St-Méthode a rouvert ses portes il y a quelques mois à un nouvel emplacement situé sur la 1re avenue Ouest. Malgré les moments difficiles après l’incendie, les membres du conseil d’administration sont heureux de pouvoir offrir à la population un commerce amélioré.

La nouvelle quincaillerie Unimat a ouvert le 20 novembre dernier, mais son inauguration officielle a lieu cette semaine, soit mercredi. Depuis l’incendie, la Coopérative avait relocalisé temporairement son commerce dans un garage, tandis que les bureaux se trouvaient dans les anciens de la Municipalité d’Adstock.

Le nouveau bâtiment et l’entrepôt, qui sera construit prochainement à côté du commerce, nécessiteront finalement des investissements de 850 000 $. «C’est une ancienne usine qui a été modifiée en quincaillerie. L’espace des bureaux est resté identique, mais celle de l’usine a été beaucoup retapée. Ce bâtiment convenait très bien à nos besoins en raison de la grandeur du terrain», explique la directrice générale de la Coopérative, Chantal Cloutier.

Reconstruire au même endroit qu’avant aurait été possible, mais cela aurait entraîné des coûts trop importants. «Nous étions soumis à des normes de construction très strictes et dispendieuses. Ça aurait coûté au-dessus de 1,2 million $ pour reconstruire à la même place», soutient Mme Cloutier.

«Seulement pour le mur coupe-feu, ça coûtait entre 150 000 $ et 200 000 $. Il fallait aussi inclure un ascenseur pour monter le matériel. Ce sont vraiment les coûts qui ont fait pencher la balance parce que la Coop n’est pas très riche», ajoute le président du conseil d’administration, Serge Nadeau.

Le nouvel emplacement a aussi un avantage, soit celui d’être plus fonctionnel. «Nous pourrons avoir notre entrepôt sur le même terrain alors qu’avant, il se trouvait plus loin, et nous avons aussi de la place pour un débarcadère quand nous recevons des livraisons. Nous n’avions pas l’espace de magasin que nous avons aujourd’hui. Nous sommes passés de 2000 à 3600 pieds carrés, donc ça fait une grosse différence. Nous avons plus de variétés de produits à offrir», souligne Chantal Cloutier.

Pour ce qui est de l’ancien terrain, il sera reconverti en stationnement pour l’épicerie et en petit parc. La Coop est en discussions avec la Municipalité d’Adstock à ce sujet. Ce projet pourrait se réaliser en 2019. Pour ce qui est de l’entrepôt actuel, il sera mis en vente dès que le nouveau sera construit. Le début des travaux est prévu prochainement.

Un service de proximité essentiel

Bien que le nouvel emplacement soit plus reculé qu’auparavant, la Coop ne croit pas que cela nuira à la clientèle. «Ceux qui viennent chez nous sont des membres ou des résidents de la municipalité. Ils savent où nous trouver», affirme Mme Cloutier.

Pour le maire Pascal Binet, la quincaillerie représente un service de proximité essentiel dans une communauté comme Adstock. «Comme la Coopérative opère une épicerie et une quincaillerie, c’est un service que la municipalité ne pourrait se passer. Il faut se rappeler que le secteur St-Méthode est un pôle important au plan commercial et industriel. Le maintien des services de proximité dans les autres secteurs de la municipalité est aussi important pour le conseil étant donné l’étalement de la population sur le territoire et parce que cela contribue au dynamisme des communautés qui animent ces milieux de vie.»

Coop de St-Méthode

La Coopérative de consommateurs a vu le jour en 1938. Elle fête donc cette année ses 80 ans d’existence. Il s’agit de l’un des plus vieux commerces de ce secteur. En plus de la quincaillerie Unimat, elle opère également l’épicerie Bonichoix et vend plusieurs produits agricoles comme de la moulée, des semences et de l’engrais.

Avant l’incendie, son chiffre d’affaires était de 2 982 000 $. Elle emploie présentement 25 personnes et est dirigée par un conseil d’administration formé de cinq personnes.

Rappel des événements

L’incendie du mercredi 30 mars 2016 s’était déclaré vers 12 h 40 à l’arrière de la quincaillerie. Les employés avaient constaté de la fumée et avaient dû rapidement quitter les lieux afin d’assurer leur sécurité. Trois employés étaient présents dans le commerce, ainsi qu’un client.

Le feu s’était rapidement répandu à travers tout le bâtiment et les pompiers n’avaient rien pu faire pour le sauver. Ils avaient toutefois travaillé à protéger les autres bâtisses situées à côté, notamment l’épicerie et des résidences. La cause de l’incendie n’a jamais pu être connue en raison de la destruction du bâtiment.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar