Le coroner refuse de rouvrir l’enquête sur la mort de Candida Macarine

Marisela Amador, La Presse Canadienne
Le coroner refuse de rouvrir l’enquête sur la mort de Candida Macarine

MONTRÉAL — Le Bureau du coroner a rejeté la demande d’une famille montréalaise qui réclamait une nouvelle enquête sur les circonstances du décès de Candida Macarine, une dame de 86 ans retrouvée sans vie sur le plancher d’une chambre à l’urgence de l’Hôpital général du Lakeshore.

Dans une lettre datée du 17 novembre, l’institution indique que la coroner Amélie Lavigne a mené son enquête avec «rigueur» et «intégrité» l’an dernier et que cette affaire ne serait pas rouverte.

Dans son rapport déposé en septembre, la coroner Lavigne a conclu que Candida Macarine était morte de cause naturelle et qu’aucune preuve de négligence n’avait été recueillie concernant le personnel de l’Hôpital général du Lakeshore.

Du point de vue de la famille, le rapport soulève toutefois d’importantes questions en plus d’omettre des preuves pertinentes. Les proches disent croire que la discrimination raciale et la négligence ont pu jouer un rôle important dans la mort de la dame d’origine philippine.

Le Centre de recherche-action sur les relations raciales, un organisme montréalais de défense des droits, appuie la famille dans ses démarches visant à porter plainte contre les médecins et les infirmières en poste au moment du décès.

Par ailleurs, la famille dit songer à entreprendre des poursuites civiles contre l’hôpital et réclamer une révision judiciaire de la décision du Bureau du coroner.

«Éventuellement, il va y avoir une poursuite civile contre l’hôpital et le personnel médical impliqué parce qu’on a le sentiment que c’est une affaire de négligence grave ayant mené à un décès et à une douleur et un deuil évitables pour la famille», a commenté le directeur général du Centre de recherche-action sur les relations raciales, Fo Niemi. 

Il s’appuie entre autres choses sur le fait que la famille a été informée que leur mère avait été retrouvée morte sur le plancher de l’urgence seulement dix jours après l’annonce de son décès.

Dans une réponse transmise par courriel, le porte-parole du Bureau du coroner, Jake Lamotta-Granato, a réitéré qu’une révision complète de l’enquête avait été effectuée à la demande de la famille. Cela aurait permis de conclure qu’une réouverture de l’enquête n’était pas nécessaire.

Les enfants de Mme Macarine, Gilda et Emmanuel, ont déclaré en conférence de presse mercredi que la décision du Bureau du coroner était décevante. Ils ont dit l’avoir reçu comme une claque au visage.

«Je me sens mal, a confié Gilda Macarine en entrevue à La Presse Canadienne. J’ai l’impression qu’on nous néglige. J’ai l’impression que la discrimination joue un rôle dans cette affaire parce que nous sommes des immigrants, alors qui se soucie de nous? Ma famille est très triste et nous voulons poursuivre notre quête de vérité et de justice.»

Selon la famille de la défunte, le rapport de quatre pages de la coroner Lavigne mentionne que Mme Macarine a été laissée seule pour une longue période. Alors qu’elle devait être surveillée toutes les quinze minutes, un délai de 30 minutes s’était écoulé lorsque le personnel a découvert la patiente morte sur le plancher en février 2021.

La famille se demande aussi pourquoi la dame n’a pas été transférée dans une unité de soins intensifs après qu’une prise de sang eut révélé un risque élevé d’arrêt cardiaque.

—  

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Meta et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires