Une passion qui est devenue un métier

Une passion qui est devenue un métier

Photo gracieuseté – Stéphanie Carette Photographe

Quand elle a commencé les arts du cirque à la Polyvalente de Disraeli en secondaire 1, Rosemary Fillion ne pensait jamais se rendre à l’École nationale ni en faire son emploi aujourd’hui.

«Je faisais de la gymnastique quand j’étais petite, mais pas de compétition. Quand j’ai commencé le cirque en arrivant au secondaire, j’ai vraiment aimé ça. C’est venu me chercher.»

Celle qui se décrit comme une artiste polyvalente avoue que partir pour l’École nationale de cirque à Montréal a été tout un changement pour la petite fille de campagne.

«En secondaire 5, je ne savais pas trop où m’en aller. À ce moment, je travaillais pour ADODADO depuis quelques années. André a proposé l’École nationale pour vraiment recevoir une formation d’enseignante. Je n’étais pas trop certaine parce que Montréal me faisait un peu peur. Je me suis inscrite et j’ai été acceptée, alors j’ai décidé de foncer», se souvient la jeune femme de 20 ans.

Cette dernière a d’ailleurs eu besoin d’une permission spéciale puisque l’école n’accepte que les personnes âgées de 18 ans et plus, et elle n’avait que 17 ans à l’époque. Pour elle, ce fut une année très intense à se perfectionner et à prendre de la maturité.

À présent, elle peut vivre de sa passion. En plus de s’impliquer avec ADODADO et de donner des spectacles dans des festivals de la région, elle enseigne également à la polyvalente. Comme le programme de cirque de l’établissement est appelé à prendre de l’expansion, Rosemary ne devrait pas manquer d’occupation de sitôt!

À lire : Le spectacle Aria attire plus de 500 personnes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar