Un autre jeu blanc pour Philippe Cadorette

Un autre jeu blanc pour Philippe Cadorette

En trois rencontres, Philippe Cadorette a blanchi l’adversaire deux fois et n’a accordé que deux buts sur 126 lancers. Il a été nommé deuxième étoile de la dernière semaine dans la LNAH.

Crédit photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard

Le gardien Philippe Cadorette de l’Assurancia de Thetford ne cesse d’impressionner depuis le début de la saison. Vendredi dernier, il a repoussé les 37 lancers des Blackjacks de Berlin dans une victoire de 5-0, récoltant par la même occasion un deuxième blanchissage en trois départs. Jusqu’à maintenant, sa moyenne de buts alloués est de 0.66 et son taux d’efficacité de .984.

Son coéquipier Félix Petit l’a encensé après la rencontre. «Je ne le connaissais pas avant le camp d’entraînement, mais wow! On dirait que ça n’a jamais l’air difficile. Il n’est jamais hors position. Même quand on pense que l’adversaire va le déporter, il fait l’arrêt. En tant qu’équipe, ça donne confiance d’avoir un gardien comme ça. Quand on donne un surnombre, on est certains qu’il va l’arrêter», a mentionné l’attaquant qui a tenu à souligner aussi le bon travail du gardien Jean-Philippe Levasseur.

Félix Petit a profité de ce match pour inscrire son premier but dans la Ligue nord-américaine de hockey. «Honnêtement, ça m’a fait du bien. J’avais eu de bonnes chances, mais ça reste qu’en tant que joueur offensif, c’est plaisant de trouver le fond du filet et il y une confiance qui s’installe après.»

Félix Petit (#17) a marqué son premier but avec l’Assurancia. (Photo Courrier Frontenac – Jean-Hugo Savard)

L’avantage numérique, qui avait fait chou blanc (0 en 17) dans les trois matchs précédents, a débloqué avec deux buts en quatre occasions. «Ç’a fait du bien. Le jeu de puissance, c’est quelque chose que souvent c’est une question de rythme et d’exécution. Quand on n’arrive pas à aller chercher des buts, on réfléchit davantage, on essaie d’en faire un peu plus et on envoie moins la rondelle au filet. Là, ça va faire du bien pour la confiance», a indiqué Alexandre Tremblay.

Blanchi de la feuille de pointage à ses trois dernières parties, l’attaquant a marqué à deux reprises. «Ça fait toujours du bien de mettre la rondelle dans le filet, mais je ne me sens pas encore comme j’aimerais me sentir présentement. Il y a encore du travail à faire, par contre on va construire là-dessus.»

Il faut mentionner que les cinq buts contre les Blackjacks étaient l’équivalent des buts marqués lors des trois dernières rencontres. «On était conscients que ce n’était pas normal de marquer un ou deux buts par match avec l’attaque qu’on a. Je pense qu’on a peut-être simplifié les choses en tirant plus au filet, mais c’est certain que c’est un aspect à travailler et ça va nous faire du bien un match comme celui-là», a noté Félix Petit.

Défaite à Sorel-Tracy

La veille, l’Assurancia a entrepris sa fin de semaine en s’inclinant 3-2 devant les Éperviers de Sorel-Tracy au Colisée Cardin. Les Thetfordois ont disputé une bonne première période avant de connaître une période médiane plus difficile. «Notre équipe a de la misère à jouer 60 minutes. Il faut garder les choses simples. Souvent, on tente des choses compliquées en attaque plutôt que de lancer la rondelle derrière les défenseurs de l’autre équipe pour les faire travailler. Quand on fait ça, on a du succès tous les matchs», a expliqué Pierre-Luc Lessard qui a marqué un but et préparé celui de Jean-Michel Daoust.

Jean-Philippe Levasseur a fait face à 41 tirs et c’était la troisième fois de suite que l’équipe accordait plus de 40 lancers. «On dirait que c’est tout le temps de même à chaque début de saison. On accorde souvent des surnombres qui se transforment en lancers et ça se place au fur et à mesure que la saison avance», a noté le défenseur nullement inquiet de la situation.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar