Une autre belle édition pour la Semaine Le Goût d’entreprendre

Une autre belle édition pour la Semaine Le Goût d’entreprendre

Les jeunes ont pu visiter plusieurs entreprises de la région.

La sixième édition de la Semaine Le Goût d’entreprendre Desjardins a été, encore cette année, un franc succès dans les quatre écoles secondaires de la région participant à cette initiative de la Société de développement économique de la région de Thetford (SDE). 

Cette activité est dédiée à la valorisation de l’entrepreneuriat auprès des jeunes ainsi qu’à la découverte des entreprises régionales et leurs opportunités d’avenir. Les 25 et 26 avril dernier, plus de 300 jeunes de quatrième secondaire ont visité 28 entreprises de la région.  Ils ont découvert les perspectives d’emploi de ces entreprises œuvrant dans un secteur pour lequel ils ont de l’intérêt. En plus de visiter les milieux de travail, ils ont eu l’occasion d’échanger avec les travailleurs de ces entreprises. 

Mentionnons que le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches accueillait, de nouveau, les jeunes dans leurs murs cette année.  Ils ont pu échanger avec divers intervenants et découvrir la réalité de leurs métiers respectifs.

Comme lors des éditions précédentes, une quinzaine d’entrepreneurs se sont présentés directement en classe afin de témoigner de leur parcours et leurs expériences avec les étudiants. Évidemment, plusieurs étaient des gens d’affaires, mais on pouvait également compter sur des entrepreneurs issus des domaines artistiques, de l’événementiel, de la mode ainsi que du domaine municipal.  Ainsi, ils ont pu découvrir que l’entrepreneuriat peut aussi être appliqué dans différentes sphères de leur vie actuelle.

Cette année, le conférencier invité était Martin Castonguay, mieux connu sous le nom de Marto Napoli. Avec une présentation des plus rigolotes, cet entrepreneur hors du commun a su démontrer que tout est possible si l’on croit en ses rêves et surtout si l’on y met les efforts.  Il n’a rien caché aux étudiants. Même s’il ne le refaisait plus, il a parlé de sa «période louche» où il organisait des activités dans les bars, de son flop avec son tournoi de poche et de sa découverte de la recette du succès qu’il a gentiment partagée avec les jeunes.

Pour lui, afin d’être un succès, un projet doit répondre à trois points très importants : il doit être spécial, rassembleur et familial. Il a également parlé de son expérience radio, des évènements qu’il organise, des produits alimentaires vendus en épiceries, de Marto et ses ti-pauvres qui remet annuellement 200 000$ à des organismes caritatifs. Puisque de nombreux projets qu’il a réalisés font suite à des expériences de voyages, il a encouragé les jeunes à s’ouvrir au monde grâce aux voyages et à croire en leurs rêves.