35 ans de vie… peu commune

35 ans de vie… peu commune
Jocelyne Landry et Normand Gilbert

Juste un petit mot pour exprimer à quel point mes parents sont extraordinaires. Peu de gens peuvent se vanter de la chance que j’ai d’avoir des parents si exemplaires, généreux et aimables. Ceux et celles qui connaissent bien Normand Gilbert et Jocelyne Landry peuvent le confirmer. 

Le 8 juillet dernier, mes parents fêtaient leur 35e anniversaire de mariage. J’en suis vraiment très fière et je voulais le partager. 35 ans de mariage c’est beau… mais dans ce cas-ci, c’est merveilleux.

Qui aurait cru qu’au moment où mon père et ma mère se disaient les tendres mots « jusqu’à ce que la mort nous sépare » ils s’attendaient à cette fin?

Ma mère est atteinte depuis maintenant plus de deux ans d’une sclérose latérale amyotrophique, mieux connue sous le nom SLA ou maladie de Lou Gehrig. Pour résumer, la SLA est une maladie s’attaquant aux neurones moteurs qui acheminent les signaux du cerveau vers les muscles. Ainsi tous les muscles du corps se paralysent graduellement et la personne atteinte est emportée par la maladie après cinq ans au maximum.

La SLA transforme le corps de ma mère à une vitesse folle. Elle est maintenant en fauteuil roulant motorisé, ne parle plus ou presque, communique avec une tablette électronique et a besoin d’aide pour manger, s’habiller, se laver. Elle a besoin de mon père…

Ma mère est une combattante. Elle l’a toujours été et le sera toujours. Elle a participé tout récemment à une présentation ou elle partageait son expérience de vie, donnait de la documentation et répondait aux questions des passants sur sa maladie à l’aide de sa tablette électronique. Elle a même fait un témoignage qui en a ému plus d’un et elle s’est fait adresser plusieurs félicitations et mots de courage.

L’entraide, ma mère connaît. Elle a travaillé pour CASIRA, un organisme d’aide humanitaire et a surtout participé quelques missions avec mon père. Ils partaient un, deux ou trois mois, ensemble, en Amérique latine, dans le cadre de divers projets d’aide humanitaire. Ma mère a toujours été très altruiste.

Mon père, qui l’a toujours accompagnée dans ces multiples voyages d’entraide, a maintenant entamé le dernier de ces voyages. Son dernier grand voyage d’entraide… aider son épouse.

Mon père est présent pour elle chaque jour, chaque heure, chaque minute. Quelques heures de répit par semaine, qui malheureusement n’en sont pas. Mon père n’y échappe pas. Malgré tout, il garde le sourire.

Cher papa, j’admire tant ta patience, ta sérénité et ton dévouement. Chère maman, j’admire tant ton courage, ta force et ta persévérance. Vous êtes des parents incroyables qui ont tant donné. Souvent, je rumine dans ma tête à quel point la vie est injuste. Mes parents ont tant donné pour les autres, ils ont fait plus que leur part pour aider leur prochain. Pourquoi?

35 années ensemble à s’aimer, malgré toutes les embuches de la vie, ils se regardent toujours comme il y a 35 ans d’un regard rempli d’amour et de tendresse et s’entraideront jusqu’à la fin, cette fin que la vie a décidée. Ces 35 ans sont pour moi les plus merveilleux…

La fondation de la SLA organise plusieurs événements de collecte de fonds chaque année dont  la marche pour la SLA qui se tient dans plusieurs villes du Québec. J’ai inscrit ma mère à la marche de Montréal qui aura lieu le 25 août au parc Maisonneuve.

Pour encourager et donner espoir, je vous invite à faire un don à la Fondation pour la SLA au www.sla-quebec.ca et suivre le lien de la marche. Notre équipe porte le nom de ma mère : Jocelyne Landry.

 

Merci du fond du cœur.

Laurie Gilbert

 

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des