La plus grande opération policière jamais vue dans la région de Victoriaville

Par cthibodeau

Tôt jeudi, dès 6 h, pas moins de 175 policiers ont entrepris une série de 25 perquisitions dans le cadre de l’opération baptisée « Macramé » et visant le démantèlement d’un important réseau de trafic de stupéfiants actif principalement à Victoriaville et dans la région d’Arthabaska.

Tôt jeudi, dès 6 h, pas moins de 175 policiers ont entrepris une série de 25 perquisitions dans le cadre de l’opération baptisée « Macramé » et visant le démantèlement d’un important réseau de trafic de stupéfiants actif principalement à Victoriaville et dans la région d’Arthabaska.

Tout se passe à 75% à Victoriaville. Mais des perquisitions ont été effectuées également à Tingwick, Warwick, Sainte-Clotilde-de-Horton, Saint-Samuel, Bécancour et Trois-Rivières », a précisé le sergent Hugo Fournier de la Sûreté du Québec.

« Tout le réseau est anéanti. 22 individus ont été arrêtés, dont Tommy Michel, 25 ans, arrêté à l’aéroport Montréal-Trudeau alors qu’il s’apprêtait à partir en vacances. Trois autres individus sont recherchés », a indiqué lors d’un point de presse, le lieutenant Jacques Gagnon, responsable des équipes spécialisées à la Division des enquêtes régionales Mauricie-Centre-du-Québec de la SQ.

Outre Tommy Michel considéré comme la tête dirigeante du réseau, les policiers ont procédé à l’arrestation de quatre autres acteurs importants, Hugues Leroux, 30 ans, Sébastien Caouette, 29 ans, Frédéric Désilets, 29 ans et Jonathan Bergeron-Gosselin, 22 ans.

La SQ recherche par ailleurs Samuel Bourassa, 21 ans, Jean-Philippe Avoine, 28 ans, et Roger Desrochers, 56 ans.

Le réseau démantelé oeuvrait dans le trafic de stupéfiants, le trafic de cocaïne, de méthamphétamines et de cannabis. Il s’approvisionnait auprès d’un groupe criminalisé de Montréal. « Les individus feront face à de graves accusations de trafic de stupéfiants, de possession en vue de trafic et de complot. De plus, sept individus seront accusés de gangstérisme », a précisé le lieutenant Gagnon.

La façon de faire des individus arrêtés s’apparente, a confié le policier, aux gangs de rue. « Il s’agit pour la plupart de jeunes dans la vingtaine avec un style associé aux gangs de rue, avec un niveau de vie très élevé. Ils possédaient des véhicules de luxe. Ils visitaient Montréal régulièrement », a fait remarquer M. Gagnon.

Les policiers ont procédé justement à la saisie de six véhicules dans cette affaire.

Les suspects, de plus, n’hésitaient pas à se servir de la violence et de l’intimidation pour assurer une mainmise sur la vente de stupéfiants. « Ils usaient de violence et de menace pour prendre et garder le contrôle de la vente de stupéfiants. Ils contrôlaient Victoriaville au grand complet », a soutenu le lieutenant.

Les policiers, d’ailleurs, ont procédé à la saisie de deux revolvers chargés, d’une grande quantité de munitions et de deux imitations d’armes automatiques.

En matière de stupéfiants, les policiers ont notamment mis la main sur des milliers de comprimés de méthamphétamines, sur des centaines de doses de cocaïne et sur de l’argent.

À Victoriaville, des perquisitions ont notamment eu lieu dans un logement de la rue Olivier en face de l’école Saint-David. « Il ne s’agit cependant pas d’un point de vente. Rien ne nous démontre que le réseau vendait à des clients d’âge mineur », a signalé le policier.

Un logement de la rue Saint-Jean-Baptiste a également été visité. Les policiers et un maître-chien se sont aussi présentés dans un logement de la rue de l’Abbé-Duguay.

Plus d’un an d’enquête a mené à cette opération Macramé. « Les policiers de la MRC d’Arthabaska ont entrepris l’enquête en novembre 2012 à la suite d’informations reçues du public. Puisqu’il s’agit d’un réseau, nos équipes spécialisées ont pris le relais », a mentionné le lieutenant Gagnon.

« Nous sommes fiers de cette opération. La lutte aux stupéfiants demeure l’une de nos priorités. On constate depuis quelques années, un phénomène de banalisation de la consommation de drogues chez les jeunes alors que cela représente un réel danger pour la santé », a rappelé le représentant de la Division régionale des enquêtes.

Le policier sait fort bien qu’à la suite d’arrestations, d’autres individus souhaitent prendre la relève en matière de stupéfiants. « La nature a horreur du vide, observe le lieutenant Gagnon. Mais les trafiquants peuvent être certains qu’ils auront toujours dans le cou le souffle de nos enquêteurs. »

L’opération Macramé a regroupé des policiers d’équipes spécialisées, des policiers de la SQ du poste de la MRC d’Arthabaska, de la GRC et de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Tant en termes du nombre d’arrestations et du nombre de policiers impliqués, il s’agit de la plus importante opération policière à survenir dans la MRC d’Arthabaska.

Enfin, les individus arrêtés comparaissaient jeudi après-midi au palais de justice de Victoriaville (à suivre au www.lanouvelle.net).

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des