Québec Asbestos : East Broughton demande aux partis de se prononcer

Québec Asbestos : East Broughton demande aux partis de se prononcer

En septembre 2011

EAST BROUGHTON – La municipalité incite les partis politiques à se prononcer sur l’affligeante question du remboursement des travaux effectués à la mine Québec Asbestos à la suite de la catastrophe causée par l’ouragan Irène en septembre 2011.

La municipalité tente en effet depuis plus de deux ans de régler cet accablant dossier. Les coûts des travaux, qui se sont élevés à 2,7 M$, ont été défrayés par la MRC des Appalaches, mais celle-ci demande maintenant à East Broughton de rembourser cette somme, alors qu’elle représente presque l’entièreté du budget municipal.

Or, comme l’indiquent le maire suppléant, Claude Duchesne, et le directeur général, Normand Laplante, il n’appartient pas à la municipalité d’absorber cette importante dépense, ni à ses résidents. « Les travaux en question sont du domaine de la restauration minière et, d’après la Loi sur les mines, il revient au ministère des Ressources naturelles du Québec d’en assumer les frais », fait remarquer M. Duchesne.

La majorité des travaux a été exécuté sur le site même de la mine Québec Asbestos, plus particulièrement dans les tunnels afin de les renforcer et d’enlever les sédiments des puits. Selon les représentants de la municipalité, ces opérations étaient nécessaires afin d’éviter d’autres incidents semblables et d’assurer la sécurité des citoyens ainsi que de leur propriété.

Si la municipalité se résignait à rembourser la MRC, le conseil devrait imposer une augmentation de 180 $ à 200 $ sur le compte de taxes des contribuables, et ce, pendant 20 ans. De plus, elle reconnaitrait en quelque sorte implicitement que la restauration minière est une compétence municipale, alors qu’il s’agit d’une compétence provinciale.

MM. Duchesne et Laplante rappellent que la municipalité a contacté les deux gouvernements en place depuis la catastrophe à de nombreuses reprises et qu’elle participe activement aux travaux de la Table interministérielle. « Cependant, le temps presse car cette épée de Damoclès pourrait avoir des conséquences graves pour la municipalité d’East Broughton », termine M. Duchesne.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires