Un été chargé pour l’artiste-peintre Hélène Laplante

Un été chargé pour l’artiste-peintre Hélène Laplante
Hélène Laplante

ARTS. Originaire de Montréal et résidente de Saint-Jacques-le-Majeur depuis plus de dix ans, Hélène Laplante est connue de plusieurs par son implication dans le milieu et surtout par son travail de coordonnatrice de l’option cirque de la Polyvalente de Disraeli.

Cette année, c’est sa nature d’artiste-peintre qui rayonnera un peu partout au Québec. Pendant tout l’été, la Maison de la culture de Warwick exposera la série Mémoire d’arbres qui se veut un pont entre la matière transformée et l’essence même de la nature qui perdure.

En utilisant le bois, Hélène Laplante fait ressortir la mémoire restante de l’arbre et l’accompagne de matières organiques cueillies en forêt dans le but de créer sa propre version d’une forêt contemporaine. Inspirée par la nature, ces œuvres se veulent un hommage à cet environnement qui nourrit quotidiennement autant les aspects créatifs et spirituels de l’artiste.

Les visiteurs pourront admirer une trentaine d’œuvres sur bois, ainsi que cinq installations. La saison estivale sera aussi l’occasion pour Mme. Laplante de fouler le sol français. Dès le 24 juin, elle partira à la rencontre de paysages inspirants et stimulants, mais aussi de gens. Les frontières n’arrêtent pas la peintre, car une rencontre est prévue avec un galeriste du sud de la France en vue d’exposer son travail en 2015.

En juillet, elle présentera une nouvelle série intitulée « À travers la forêt ». Pour ces œuvres utilisant des matériaux mixtes, l’artiste intègrera la sculpture à la peinture et au dessin dans l’espoir de faire surgir les esprits de la forêt. Les gens pourront admirer le résultat en novembre, à la Galerie Le 1040 de Montréal, où Hélène Laplante exposera en duo avec l’artiste-peintre Sylvie Cadorette.

En parallèle, du 19 octobre au 9 novembre, la Galerie Renée Blain de Brossard présentera la série « Entre mouvements ». Cette série de 15 tableaux ponctués de collages et d’autres médiums se veut une réflexion sur ces moments de suspension, ces temps d’arrêt ou d’attente précédant un changement de vie ou de direction. (JHS)

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des