La saison des fraises est lancée

Photo de Serge Lamontagne
Par Serge Lamontagne

Malgré la température incertaine et les journées printanières plus froides, la saison des fraises est lancée à la grandeur de Chaudière-Appalaches.

Selon Christian Lacroix, agronome et conseiller en horticulture à la direction régionale du MAPAQ, la saison de l’autocueillette a débuté comme prévu, à la Saint-Jean-Baptiste, et devrait s’étendre jusqu’à la fin de juillet pour laisser place à la fraise d’automne, dont la récolte devrait prendre fin en octobre.

En parallèle, la saison de la framboise d’été devrait s’amorcer vers le 10 juillet pour se terminer un mois plus tard. La récolte des framboises d’automne se poursuivra jusqu’en octobre, également.

Au cours des prochaines semaines, une cinquantaine de producteurs de Chaudière-Appalaches ouvriront leurs portes au public. Ceux-ci offriront 35 variétés de fraises aux consommateurs de la région où l’on retrouve aussi une soixantaine de producteurs de framboises.

Christian Lacroix s’attend à une excellente saison 2014, précisant que plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation. « Malgré ce que certains peuvent penser, le printemps fut idéal pour les plants. Nous n’avons eu aucune gelée printanière au sol à la fin d’avril, ce qui fait que les fleurs n’ont pas été endommagées. Si les journées étaient souvent plus fraîches, les nuits étaient un peu plus chaudes que la normale. »

Production importante

Le lancement officiel de cette saison 2014 avait lieu au Potager Yvanhoé, entreprise située à Saint-Henri. Son propriétaire, Yvanhoé Brochu, souligne que la fraise représentait une part importante de sa production avec 18 âcres en cultures et près de 100 000 livres cultivées en 2013. M. Brochu s’est dit optimiste envers la prochaine saison d’autocueillette qui s’amorce officiellement, de son côté, le vendredi 27 juin.

Jean-Michel Bordron de la Table agroalimentaire Chaudière-Appalaches (TACA) a pour sa part invité les consommateurs à encourager les producteurs de la région, précisant que cette culture représentait un apport économique important pour la région. M. Bordron se réjouit également de l’ouverture de plus en plus nombreuse des marchés publics qui offrent une vitrine exceUne culture importante en Chaudière-Appalachesptionnelle aux produits et aux producteurs d’ici.

Ces propos ont été repris par le président de l’UPA Chaudière-Appalaches, Paul Doyon, qui a ajouté que l’achat local était un excellent moyen de soutenir l’économie régionale.

Une culture importante en Chaudière-Appalaches

50 producteurs de fraises (4e rang au Québec)

350 hectares en culture (2e rang provincial derrière la Capitale Nationale)

35 variétés de fraises d’été et d’automne

Production de la fraise : chiffre d’affaires annuel de 9 M$

60 producteurs de framboises (3e rang provincial)

85 hectares en cultures (3e rang provincial)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires