Haldes minières : un potentiel à exploiter?

Haldes minières : un potentiel à exploiter?
(Photo : Archives)

THETFORD. Cette dernière question est celle à laquelle des étudiants en architecture du paysage de l’Université de Montréal ont tenté de répondre. Dans une étude étoffée disponible sur le site web de la Ville, ils présentent divers potentiels de conservation et de conversion des haldes minières présentes dans la région.

« Quoi faire avec ces haldes qui font partie de notre paysage? Elles sont uniques et c’est à nous de voir les possibilités qui peuvent s’y prêter. Justement, huit étudiants à la maîtrise nous ont présenté au printemps dernier leurs recherches. Ils ont développé des stratégies visant l’intégration régionale de ces paysages post?miniers au niveau social, environnemental et structurel, le tout en considérant le contexte économique et politique », a précisé Marc?Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines.

Le document intitulé « [Ré] Imaginer le paysage des mines d’amiante » explique le problème en cause et expose diverses analyses et cartes du territoire. Un total de huit analyses thématiques présentant différents potentiels de développement des haldes minières sont énumérées. Ces thématiques sont le géoparc, la nouvelle nature du Lac Noir, le refuge mellifère, les transmutations, le parc du patrimoine minier, un laboratoire à ciel ouvert, les promenades extrêmes, Thetford Pines et Thetford?Laine.

« Lors de la rencontre avec les étudiants, qui étaient sous la tutelle de Paula Meijerink, directrice de l’école de paysage de la faculté de l’aménagement à l’Université de Montréal, il y a eu plusieurs échanges enrichissants qui ont porté sur l’opportunité de la région à se redéfinir et à convertir la " problématique " en opportunité, un peu comme il a été fait à Nord?Pas de Calais, en France. En effet, ces mines de charbon sont devenues le 38e bien français inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que paysage culturel évolutif et vivant », a mentionné la directrice du Service d’urbanisme de Thetford Mines, Gina Turgeon.

Enfin, malgré que le résultat de l’étude ait été fait dans le cadre d’un cours, la Ville a pris bonne note des recommandations. Pour elle, le document vient confirmer qu’il existe un réel potentiel pour le développement et l’utilisation des résidus miniers.

Toute personne qui désire en apprendre davantage sur cette étude peut la consulter sur le site Web de la Ville de Thetford Mines au www.ville.thetfordmines.qc.ca Il est également possible de consulter d’autres copies papier directement aux bureaux du Service d’urbanisme.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires