L’Isothermic en finale contre Sorel-Tracy

Photo de Pierre Nadeau
Par Pierre Nadeau
L’Isothermic en finale contre Sorel-Tracy
Avec son sixième but des présentes séries

HOCKEY. L’Isothermic de Thetford Mines croisera le fer avec les Éperviers de Sorel-Tracy dans la grande finale de la Ligue nord-américaine de hockey, à compter de vendredi, au Colisée Cardin. Ils s’affronteront également le lendemain au Centre Mario Gosselin.

La troupe de Bobby Baril a mérité son laissez-passer en disposant en cinq rencontres des doubles champions en titre, les Marquis de Jonquière. Il s’agira pour l’équipe thetfordoise d’une troisième présence en quatre ans à ce grand rendez-vous printanier et la huitième participation de son histoire. Cette dernière n’a mis la main qu’à une seule reprise sur le prestigieux trophée et ça remonte en mai 2012 face au Wild de Windsor.

C’est une victoire de 3-2 en prolongation, jeudi dernier, qui a permis à l’Isothermic de prendre sa revanche du printemps dernier face aux Marquis. Pierre-Luc Sleigher a tranché à 4:14 en surtemps et envoyé les protégés de Dean Lygitsakos en vacances. «Ça s’est fait assez rapidement, a raconté le héros de la rencontre. On était en attaque et Nicolas Corbeil, avec son talent offensif, a réussi à ralentir le jeu et j’ai été directement au filet avec le bâton sur la glace pour faire dévier la rondelle», a-t-il poursuivi.

L’auteur du but gagnant aurait toutefois pu voir les siens subir la défaite quand il a écopé d’une pénalité avec un peu plus de deux minutes à faire au dernier tiers, permettant aux Marquis de déployer leur attaque massive avec un pointage égal de 2-2. «Je m’en voulais, mais les gars m’ont sauvé en écoulant la pénalité avec succès. Je leur en devais une et j’ai bien répondu en prolongation.»

D’ailleurs, le numéro 26 a eu une fin de partie assez mouvementée. Quelques instants avant d’être chassé pour deux minutes, il a encaissé une solide mise en échec à l’entrée du territoire des Marquis. «Il faut prendre des mises en échec pour faire des jeux et je pense qu’ils m’ont juste réveillé et qu’ils ont augmenté le désir en moi de mettre fin à la série.»

À la toute fin avec quelques dixièmes de seconde au tableau, les Marquis sont venus à un cheveu de provoquer la présentation d’un sixième match dans cette demi-finale, par contre, Gabriel Girard a fermé la porte. «Pour être honnête, je n’étais pas certain d’avoir fait l’arrêt parce que je n’ai pas senti la rondelle me frapper. L’important, c’est de se mettre entre la rondelle et le but», a indiqué humblement le portier qui a essuyé une rafale de 33 lancers dans la rencontre.

Les quatre buts en temps réglementaire ont été inscrits en avantage numérique. Matthew Medley a ouvert la marque en première et ramené les deux clubs à la case départ en début de troisième. Du côté des perdants, Nicolas Marcotte a créé l’égalité et donné l’avance à son équipe au second vingt.

Face aux Éperviers

En saison régulière, l’Isothermic a vu les Éperviers les devancer par 17 points au classement. Il n’a eu aucun complexe face aux champions du calendrier régulier en conservant une fiche de trois gains et deux revers en cinq rencontres.

Les Éperviers, qui ont mérité leur tout premier titre à vie, ont assuré leur première place au classement en vertu de 30 victoires et 62 points. Ils ont été l’équipe qui a marqué le plus de buts avec 198 et celle qui a affiché la meilleure défensive avec 134 buts alloués. 

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des