Des investissements de 500 000 $ pour l’Abattoir Cliche

Photo de Claudia Fortier
Par Claudia Fortier
Des investissements de 500 000 $ pour l’Abattoir Cliche
Claude Duchesne

L’Abattoir Cliche à East Broughton relocalisera une partie de ses activités dans un bâtiment situé dans le parc industriel. Des investissements privés de 500 000 $ seront nécessaires afin de mener à bien ce projet.

La bâtisse occupera une superficie de 120 pieds par 50 pieds et sera exclusivement réservée à l’abattage. Le bâtiment actuel situé sur la 1re rue Ouest sera conservé pour la découpe, la transformation et le comptoir de vente. Cela permettra à l’entreprise d’augmenter sa capacité d’abattage et sa productivité.

«Par exemple, présentement dans une journée nous pouvons faire 100 porcs. Avec les nouvelles installations, nous pourrons faire 150 porcs», a expliqué le propriétaire Steeve Cliche.

Ce dernier a mentionné que la demande est de plus en plus grande étant donné qu’il y a de moins en moins d’abattoirs au Québec. «Nous sommes rendus à un territoire qui va jusqu’à 250 kilomètres. Nous avons un client qui descend des animaux de St-Hyacinthe chaque semaine et ils sont ensuite renvoyés là-bas.»

Grâce à ces investissements, trois nouveaux emplois à temps plein et quelques autres à temps partiel s’ajouteront alors qu’une dizaine d’employés seront relocalisés dans le parc. Pour la portion vente au détail et découpe, il y aura possiblement la création de nouveaux emplois dont le nombre reste à déterminer.

«Nous sommes heureux de soutenir la croissance de l’Abattoir Cliche. Le choix de l’entreprise de relocaliser l’abattage dans le parc industriel cadre avec la Politique économique de la Municipalité et sa volonté de développer le plein potentiel de son parc», a affirmé le maire d’East Broughton, Kaven Mathieu.

De 2010 à 2016, East Broughton a vu les investissements privés se multiplier sur son territoire, pour un total de 20,2 millions $. Cette nouvelle annonce vient donc ajouter à ces résultats positifs. «Nous sommes fiers de soutenir une entreprise de chez nous ayant des retombées économiques locales et qui, on le souhaite, pourra devenir la Boulangerie St-Méthode de la galette de bœuf», a ajouté à la blague le maire Mathieu.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des