Thomas Sigouin rappelé par le Phoenix

Thomas Sigouin rappelé par le Phoenix
Thomas Sigouin devrait disputer son premier match en carrière dans la LHJMQ la fin de semaine prochaine avec le Phoenix de Sherbrooke.

Le gardien des Filons du Cégep de Thetford, Thomas Sigouin, a eu tout un appel en début de semaine alors que Stéphane Fiset lui a annoncé qu’il allait rejoindre le Phoenix de Sherbrooke pour la fin de semaine. 

«J’ai été un peu sous le choc, a confié le cerbère de 17 ans. Mon but est de me rendre dans le junior majeur et je vais avoir une chance de le prouver.»

L’Amossois devrait disputer un des trois matchs du Phoenix de Sherbrooke. «Je les ai un peu obligés à me rappeler avec mon bon début de saison dans le collégial. C’est maintenant à moi de saisir ma chance», a-t-il indiqué, tout en mentionnant vouloir savourer ce moment.

Au sommet du collégial

Comme Thomas Sigouin le mentionne, il obtient cette chance notamment en raison de son magnifique début de saison avec les Filons.

En effet, il a remporté sept de ses huit départs, tout en maintenant une moyenne de buts alloués de 0,89 et un pourcentage d’arrêts de 95,6 %.

«C’est classique comme réponse, mais j’ai une bonne équipe devant moi. Les statistiques, ça ne veut cependant pas dire grand-chose», a-t-il soutenu.

«C’est certain que je ne m’attendais pas à en avoir des aussi bonnes. J’arrive dans le filet, je fais mon travail et la rondelle me frappe», a-t-il ajouté.

Il est aussi satisfait de ce que son équipe réussit au niveau collégial. «Ça va bien. On a une bonne équipe et je crois qu’on surprend un peu la ligue», a-t-il indiqué.

Progression incroyable

Le jeune hockeyeur a eu toute une progression. Il y a deux ans, il était le gardien des Comètes d’Amos dans le midget BB. «Je suis aux portes de la LHJMQ. Je n’aurais jamais pensé que ce serait possible», a-t-il avoué.

Pour lui, la recette du succès est simple. «J’ai changé ma façon d’approcher les matchs. Avant, je n’avais pas assez confiance en moi. J’ai rebâti ma confiance avec les Comètes avant de continuer sur ma lancée avec le Collège Clarétain.»

«Être gardien, c’est la pire place au hockey parce que, quand tu fais une erreur, ça paraît tout de suite dans le match. C’est important de rester concentré et de penser à ce qu’on a à faire. L’aspect mental est ultra important et mes entraîneurs m’ont beaucoup aidé avec ça dans les deux dernières années», a-t-il ajouté.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des