Des statistiques prouvant l’échec du projet Optilab?

Par Frédéric Desjardins
Des statistiques prouvant l’échec du projet Optilab?
Depuis deux ans, des employés représentés par l’APTS ont manifesté contre l’implantation d’Optilab. (Photo : L’Éclaireur Progrès - Archives)

Pour l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS), les statistiques sur les incidents et accidents démontrent que le projet Optilab n’a jamais été viable.

La réorganisation des laboratoires médicaux a mené au transfert de 70 % des prélèvements pour analyse vers l’Hôtel-Dieu de Lévis, au détriment des hôpitaux régionaux de Saint-Georges, Thetford Mines et Montmagny.

Au niveau des tests de laboratoire, les données 2014-2017 du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) confirment une augmentation de 63,9 % des signalements d’employés et gestionnaires.

À la suite de la fusion des centres régionaux pour créer le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches en 2015, les cas répertoriés ont grimpé annuellement de 15,7 % (2015-2016) et 41,6 % (2016-2017).

«Nous voulions un moratoire, car nous connaissions les erreurs potentielles, dont la perte d’échantillons. Au moins, ces informations sont accessibles au public et prouvent que nous avions raison», d’affirmer Jean-François Travers, représentant national de l’APTS pour Chaudière-Appalaches.

Celui-ci rappelle que le projet a causé plusieurs retards dans le traitement des échantillons, obligeant les employés à effectuer des heures supplémentaires.

«Le rapport montre une situation mettant à risque l’intégrité physique et psychologique des patients, qu’importe le domaine. Malgré l’alourdissement de la tâche de travail, le CISSS-CA s’en tient au côté curatif au lieu d’axer sur la prévention», croit M. Travers.

Aucun lien

Relationniste au CISSS-CA, Mireille Gaudreau réplique que la hausse des signalements pour les tests de laboratoire n’a aucun lien avec Optilab.

«L’augmentation est attribuable en majeure partie à la sensibilisation du personnel à déclarer les incidents et à une révision d’un processus d’accueil de la clientèle, dans un service de prélèvement», précise-t-elle.

Cette dernière mentionne que le rapport 2018-2019 des accidents/incidents démontrera une nette amélioration sur ce plan. Ce document sera publié l’automne prochain, l’exercice d’évaluation allant du 1er avril au 31 mars.

Président du comité des usagers du CISSS-CA, Roger Lachance estime quant à lui que la fusion a apporté de nombreux points positifs.

«Cette approche évite les inégalités dans les services offerts sur l’ensemble du territoire. Déclarer publiquement les accidents et incidents a créé un changement dans la culture organisationnelle de nos services en santé», pense-t-il.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des