L’église St-Alphonse pourrait devenir une basilique

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
L’église St-Alphonse pourrait devenir une basilique
L'église St-Alphonse est la plus grande sur le territoire du Diocèse de Québec et la seule toujours ouverte dans la paroisse St-Alexandre. (Photo : Courrier Frontenac - Jean-Hugo Savard)

Le Centre d’interprétation du patrimoine religieux de la MRC des Appalaches souhaite que l’église St-Alphonse soit élevée par le pape François au rang de basilique mineure.

Avec la fermeture définitive de l’église Ste-Marthe, la paroisse St-Alexandre ne possède maintenant plus qu’un seul lieu de culte, soit le plus grand se trouvant sur le territoire du Diocèse de Québec.

«Je crois qu’il s’agit d’un projet rassembleur. J’ai préparé un document qui a été présenté au conseil au mois de février et les gens étaient d’accord à ce que nous allions plus loin dans cette démarche», de mentionner le vice-président Pierre Roberge.

Le titre de basilique mineure confère à l’église tous les droits, privilèges, prérogatives, honneurs et prééminences qui y sont attachés. En 2016, elles étaient au nombre de 1752 dans le monde. Dans la province, il y en a actuellement onze, dont deux sur le territoire du Diocèse de Québec.

«Il s’agit d’une reconnaissance. Beaucoup de gens viennent visiter l’église St-Alphonse chaque année, mais lorsqu’il s’agit d’une basilique, certains viennent y faire des pèlerinages. Nous accueillons déjà des groupes de personnes âgées et il y en aurait encore plus», de croire M. Roberge.

Le tourisme religieux serait d’ailleurs en plein essor, aux dires de Pierrette Gagné qui agit à titre de secrétaire. «L’an dernier, nous avons accueilli six groupes en autobus. Cela se parle et les gens apprécient leur passage ici. Ils proviennent de partout et sont intéressés par l’histoire de la ville. Nous leur présentons d’ailleurs une vidéo d’une vingtaine de minutes, nous leur parlons de l’architecture de l’église et ensuite nous leur montrons notre exposition d’objets de culte.»

Pour l’instigateur du projet, la nouvelle désignation aiderait grandement à assurer la pérennité de la bâtisse puisqu’il serait désormais plus difficile, à son avis, de la fermer. Il affirme que l’endroit est vivant plus que jamais et se démarque par sa beauté architecturale.

«Lorsque l’église a été inaugurée en 1907, c’était dans une période prospère pour les mines d’amiante et nos ancêtres croyaient qu’elle était pour devenir une cathédrale et le presbytère un archevêché. Cela ne s’est jamais réalisé, mais ils avaient été construits dans cette optique.»

De plus, il souligne que le Saint patron, Alphonse de Liguori, a été reconnu l’un des 35 docteurs de l’Église en 1871. «Cela fera 150 ans en 2021 qu’il a été désigné et nous espérons célébrer cet anniversaire grandiose dans sa basilique le jour de sa fête, le 2 août. Nous voudrions en même temps honorer sa mémoire.»

Le président du Centre d’interprétation du patrimoine religieux, François Gamache, la secrétaire Pierrette Gagné et le vice-président Pierre Roberge

Un processus assez rapide

La désignation «basilique mineure» a été accordée il y a quatre ans à l’église St-Frédéric de Drummondville située dans le Diocèse de Nicolet. Selon M. Roberge, l’approbation a été obtenue dans un court délai. «Si nous nous référons à ce projet, l’évêque a écrit sa lettre le 30 juin 2015 et la réponse de Rome est datée du 28 août de la même année.»

Au cours des derniers mois, le Centre d’interprétation du patrimoine religieux de la MRC des Appalaches a présenté son projet à l’abbé Jean-Luc Laflamme, au président de l’assemblée de Fabrique de la paroisse St-Alexandre Marcel Nadeau, au préfet Paul Vachon, au maire Marc-Alexandre Brousseau et à plusieurs autres intervenants de la région afin d’obtenir leur appui.

Il est maintenant entre les mains du chancelier Mgr Jean Tailleur qui doit le présenter au cardinal Gérald-Cyprien Lacroix le 3 juin. «Nous espérons que la réponse sera positive. Aussitôt que l’évêque confirmera que notre projet est recevable, nous préparerons un dossier plus étoffé et il pourra par la suite écrire une lettre de présentation qu’il soumettra au pape. C’est la façon de procéder», de préciser Pierre Roberge.

À suivre…

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des