Marc-Antoine Beaudoin en «Déséquilibre»

Marc-Antoine Beaudoin en «Déséquilibre»
L’auteur-compositeur-interprète estimait important de lancer son album à Thetford Mines. (Photo : gracieuseté – Le petit russe)

L’auteur – compositeur – interprète Marc-Antoine Beaudoin lancera son premier album complet «Déséquilibre», le vendredi 7 juin, dans le cadre du Festival l’Alternative.

Pour le Thetfordois d’origine qui habite maintenant à Montréal, il était important de présenter ses nouvelles chansons dans sa ville natale. «Je suis content de montrer aux gens qui me connaissent tout le travail que j’ai fait depuis mes débuts. Je voulais l’offrir en premier à ceux qui m’ont aidé dans mon parcours parce que ça reste que si j’ai réussi à faire un album avec une maison de disques, c’est vraiment grâce à beaucoup de personnes à Thetford. Je pense notamment à Mélanie Turgeon à la polyvalente et à Gaël Thivierge, un bon ami à moi. C’est lui qui m’a poussé là-dedans», a expliqué l’artiste en entretien avec le Courrier Frontenac.

Lors de cette soirée, il sera accompagné des musiciens qui ont joué sur son album, soit André Papanicolaou, José Major et Karl Surprenant. Un autre lancement devrait également avoir lieu à Montréal dans les prochaines semaines.

Photo gracieuseté – Le petit russe

Marc-Antoine avait déjà lancé un mini-album grâce à l’un des concours auxquels il avait participé. Celui-ci est cependant le premier avec sa maison de disques appartenant à Pierre Lachance et Marc Pérusse, Les disques de la cordonnerie. «Déséquilibre» est le fruit de deux années de travail et comporte onze chansons, certaines font bouger et d’autres sont plus tranquilles.

«Quand j’ai commencé l’écriture, j’habitais encore à Thetford Mines, mais depuis, j’ai déménagé à Montréal. L’album représente bien cette transition, tu sais où les chansons ont été écrites parce qu’à Thetford chez toi, avec tes amis, tu te sens plus gros, tu crois que t peux conquérir le monde. À Montréal, il y a une plus grande solitude même si c’est une ville avec beaucoup de gens. C’est donc de là que vient le nom ‘’Déséquilibre’’, c’est une sorte de désordre, mais dont je suis fier!»

Les chansons traitent principalement d’amour, d’anxiété, de questionnement sur le futur et de liberté. «Auparavant, j’écrivais des histoires, mais aujourd’hui j’aborde davantage mon vécu parce que je me rends compte que ça me fait du bien. C’est un peu comme un journal intime, c’est moi. Je trouve cela un peu stressant de le faire écouter!»

Une rencontre opportune

Marc-Antoine Beaudoin a participé à plusieurs événements dans les dernières années comme Ma première Place des arts, le Festival international de la chanson de Granby et le Tremplin de Dégelis. «Il y a plusieurs avenues comme La Voix et chanter dans les bars, mais pour moi ce fut les concours.»

Son association avec Les disques de la cordonnerie est d’ailleurs venue de sa rencontre avec Marc Pérusse à Dégelis. Le musicien et réalisateur y donnait des formations. «Ce fut comme un coup de foudre artistique. Il a vraiment cliqué sur ce que je fais. Nous sommes restés en contact et nous avons développé ce lien. Ça fait deux ans que nous travaillons ensemble», a raconté Marc-Antoine.

Cet été, l’artiste fera la première partie de Luc De Larochellière lors de spectacles prévus un peu partout au Québec. De plus, il aimerait entamer une tournée pour présenter ses nouvelles chansons. Enfin, il a aussi des projets de groupe avec des amis et prévoit commencer à travailler sur un autre album.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des