Campagne électorale : Adstock fait part de ses demandes aux candidats

Communiqué
Campagne électorale : Adstock fait part de ses demandes aux candidats
Adstock, comme plusieurs autres Municipalités, exige une plus grande autonomie en matière de navigation de plaisance. (Photo : Claude-André Morin)

La campagne électorale fédérale bat son plein et la Municipalité d’Adstock est à l’heure de dresser ses demandes.

Au haut de la liste d’épicerie, les élus municipaux veulent un engagement sérieux de la part des candidats quant à l’avenir du développement du pôle récréotouristique du Mont Adstock, dont fait partie le Domaine Escapad. La seconde réquisition touche la navigation de plaisance qui est présentement de compétence exclusive au niveau fédéral. Adstock, comme plusieurs autres Municipalités, exige une plus grande autonomie dans ce domaine.

«Notre liste d’épicerie n’est pas longue. Elle est même simple et très précise. Je souhaite que le futur député de Mégantic-L’Érable s’engage à accompagner la Municipalité pour que soit accordée l’aide financière tant attendue. Le développement du pôle récréotouristique du mont Adstock passe notamment par le projet du Domaine Escapad. La Municipalité a déjà confirmé qu’elle consacrerait une enveloppe de trois millions de dollars, mais ne peut pas assumer seule la totalité de la facture pour le financement d’infrastructures publiques. La solution résiderait donc dans la recapitalisation du fonds créé par l’initiative de l’ancien député et ministre, Christian Paradis. C’est aux candidats à prendre un engagement ferme dans ce dossier», de marteler le maire d’Adstock, Pascal Binet.

L’initiative de diversification des collectivités tributaires du chrysotile représentait une enveloppe de 50 millions $ adaptée aux besoins de la région et des entreprises. Ce fonds a permis de réaliser plusieurs projets, mais malheureusement tous les dossiers n’ont pas pu être menés à terme. Le renouvellement de l’enveloppe pourrait se faire à même le retour du remboursement des prêts, donc sans coût supplémentaire pour le gouvernement, et permettrait justement de réaliser cet important projet récréotouristique comme bien d’autres qui sont priorisés par la MRC des Appalaches.

Pour plus de pouvoir dans la navigation de plaisance

Concernant la navigation de plaisance, une responsabilité d’ordre municipale pourrait se définir par un meilleur contrôle autour des plans d’eau, que ce soit par l’émission des permis de navigation, la simplification de la signalisation, la réglementation de la vitesse, le nombre d’embarcations ou encore par la délimitation des zones pour la pratique du «wakeboard».

Le maire Pascal Binet considère qu’il est tout à fait logique que les municipalités obtiennent plus d’autonomie dans ce domaine. «Nous l’avons constaté encore une fois cet été. Plusieurs lacs de la province ont vécu des épisodes d’algues et de luttes aux myriophylles à épi. Considérant que l’accès à l’eau est de juridiction fédérale, les municipalités ont peine à s’outiller pour préserver et protéger leurs cours d’eau. Nous sommes en première ligne pour répondre aux besoins et préoccupations des citoyens. Il est donc normal que nous, les élus locaux, puissions intervenir adéquatement sur ce qui se passe chez nous! Adstock comprend de nombreux lacs et nous recevons des demandes qui pourraient facilement se régler, mais en raison de la structure fédérale qui est en place, c’est interminable comme démarche. Je veux donc que les partis politiques de mon comté nous donnent plus de moyens et des pouvoirs en matière de navigation de plaisance.»

M. Binet sollicite donc les candidats des différents partis politiques à partager leurs pistes de solution sur ces deux dossiers. D’ailleurs, le maire ainsi que son équipe demeurent à la disposition des candidats pour discuter avec eux non seulement du développement du pôle récréotouristique et de la navigation de plaisance, mais de tout autre sujet touchant le territoire d’Adstock.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des