Garderies en milieu familial : des moyens de pression dès le 31 janvier

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Garderies en milieu familial : des moyens de pression dès le 31 janvier
Les intervenantes ont qualifié les offres du gouvernement du Québec d'irrespectueuses et de dégradantes. (Photo : Depositphotos.com)

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) a annoncé la mise en place de moyens de pression à compter du 31 janvier dans le cadre du renouvellement de la convention collective.

Ses membres ont voté à 96,3 % en faveur de la grève. Elles souhaitent être reconnues à leur juste valeur et que leurs conditions de travail soient à la hauteur de leurs exigences, de leurs compétences et de leurs responsabilités.

Ainsi, chaque vendredi à compter du 31 janvier et pour huit semaines, les services éducatifs à la petite enfance en milieu familial ouvriront 15 minutes plus tard jusqu’à concurrence de deux heures. À cette mesure, les intervenantes ont voté pour une demi-journée de grève et une journée complète pouvant être déclenchées au moment jugé opportun.

En décembre dernier, la FIPEQ-CSQ avait signifié la tenue de plusieurs journées de votes de grève à la grandeur du Québec. Le comité de négociation syndical disait avoir reçu une offre monétaire équivalente à 12,48 $ l’heure pour la première année du contrat de travail, soit en deçà du salaire minimum actuel. La fédération demande plutôt un rattrapage équivalent à 16,75 $ l’heure.

Elle réclame aussi des ressources financières pour que les intervenantes puissent accomplir un portrait périodique de l’enfant, ainsi que la possibilité d’accueillir plus d’un enfant ayant des besoins particuliers.

Partager cet article

Laisser un Commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des