Le Bureau du cinéma et de la télévision a besoin de nouveaux lieux de tournage

Communiqué
Le Bureau du cinéma et de la télévision a besoin de nouveaux lieux de tournage
Le BCTCA fait la promotion de la région de la Chaudière-Appalaches pour la production cinématographique et télévisuelle. (Photo : gracieuseté)

L’industrie cinématographique et télévisuelle peut enfin reprendre les tournages. Cette reprise des activités s’applique aux œuvres de fiction, aux magazines, aux publicités, ainsi qu’aux documentaires. Dans le but de se préparer pour cette relance, le Bureau de cinéma et de la télévision de la Chaudière-Appalaches (BCTCA), en collaboration avec la SDE Région de Thetford, est présentement à la recherche de nouveaux lieux de tournage afin de bonifier la photothèque nationale.

La région de Thetford possède en effet une richesse patrimoniale, architecturale, industrielle et naturelle qu’il peut être avantageux de mettre de l’avant auprès des producteurs cinématographiques et télévisuels. Rappelons que de nombreux tournages ont récemment eu lieu dans la région, notamment « Il pleuvait des oiseaux » de Louise Archambault.

« Une grande majorité des productions se déplacent hors des studios traditionnels pour tourner dans des ambiances réelles. Les productions sont ainsi toujours à la recherche de nouvelles propriétés. Le grand public peut donc facilement ajouter sa propriété privée à la photothèque nationale », rappelle le directeur du BCTCA, Daniel Ferland.

C’est donc dans cette optique que les citoyens de la région sont interpellés présentement. En effet, les représentants de la SDE et du BCTCA ont comme objectif de documenter et photographier une centaine de propriétés dans le courant de l’été.

Un propriétaire qui aimerait soumettre sa propriété comme un lieu de tournage potentiel doit tout d’abord remplir le formulaire se trouvant au bctca.ca/inscription. Par la suite, un photographe se rendra dans les propriétés sélectionnées pour prendre une série de photos aux critères spécifiques. Ces photos seront intégrées à la photothèque nationale et seront ainsi mises à la disposition de représentants du milieu du cinéma ou de la télévision dans le cadre de leur recherche de lieux de tournage potentiels.

Sachez que l’utilisation d’une propriété en tant que lieu de tournage est généralement accompagnée d’un tarif de location. « Chaque projet étant différent, le tarif de location d’une habitation, d’un accessoire ou d’un élément de décor sera négocié en fonction de nombreux critères. Parmi ceux-ci, nous comptons le budget de la production, l’architecture unique d’une propriété, la valeur de l’objet, la rareté ainsi que la durée de la location. Pour une publicité, une série télé ou un long métrage, le montant quotidien offert pour une propriété urbaine varie entre 500 $ et 1500 $, beaucoup moins dans le cas de production à microbudget », précise M. Ferland.

Il ajoute également que les accessoiristes louent régulièrement certains éléments de décors et accessoires plus rares, de plus grande valeur ou plus difficiles à entreposer : antiquités, gros véhicule, animaux, armes, métiers d’art. Vous pouvez proposer vos trésors au BCTCA!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires