Bassin versant du lac à la Truite d’Irlande : la majorité des bandes riveraines sont conformes

Communiqué
Bassin versant du lac à la Truite d’Irlande : la majorité des bandes riveraines sont conformes
Lac à la Truite (Irlande) (Photo : gracieuseté)

Le Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour (GROBEC) a été mandaté en juin dernier par l’Association de protection du lac à la Truite d’Irlande (APLTI) afin de réaliser une caractérisation des bandes végétales riveraines de son bassin versant et d’effectuer un suivi de la qualité de l’eau. Les résultats démontrent notamment que dans le secteur du lac à la Truite et de l’étang Stater, 82 % des bandes riveraines sont conformes.

Celles-ci respectent une largeur réglementaire de trois mètres en milieu agricole et de dix mètres dans les autres. Bien que la mauvaise qualité de l’eau et la sédimentation aient des facteurs externes aux bandes végétales riveraines de la zone d’étude, l’un des rapports recommande de végétaliser et de densifier le 18 % de rives non conformes afin qu’elles remplissent pleinement leurs fonctions écologiques. À noter que les deux rapports sont maintenant publics sur le site Web de l’APLTI au www.aplti.org.

Rappelons que le lac à la Truite et l’étang Stater sur le territoire de la municipalité d’Irlande sont deux plans d’eau en processus de vieillissement accéléré. Les nombreux dépassements de phosphore le démontrent bien. À cela s’ajoute un apport sédimentaire excessif venant des haldes minières de Thetford Mines, en amont de la rivière Bécancour.

C’est pourquoi une caractérisation des bandes végétales riveraines et des sites d’érosion a été réalisée afin d’établir leur impact sur la qualité de l’eau et l’apport sédimentaire du secteur du lac à la Truite et de l’étang Stater. Ce territoire du bassin versant de la rivière Bécancour couvre une superficie de 130,1 km2. L’eau qui transite par ces plans d’eau s’écoule vers le lac William, en aval.

Ruisseau Venlo

Au cours de l’été, trois campagnes d’échantillonnage ont eu lieu au lac à la Truite, à l’étang Stater ainsi que sur huit tributaires de ces deux plans d’eau. La rivière Bagot, les ruisseaux McLean et Venlo ne seraient pas responsables des coliformes fécaux élevés dans le lac à la Truite. Les rivières Bécancour et Au Pin semblent par contre en être responsables. Les coliformes fécaux pour les tributaires Bagot, McLean et Venlo ont baissé radicalement comparativement à 2019 sauf pour la rivière Au Pin qui a augmenté drastiquement.

Les municipalités d’Irlande et de Saint-Julien sont les plus couvertes par cette étude et elles sont celles ayant le plus haut taux de conformité, avec 86 %. Les municipalités de Saint-Ferdinand et de Saint-Adrien-d’Irlande ont davantage de bandes riveraines non conformes, avec respectivement 30 % et 27 %.

La collaboration des MRC et municipalités concernées

Malgré ces bons résultats, l’APLTI espère que les MRC et municipalités concernées profiteront de cette étude pour continuer à promouvoir les bienfaits d’une bande riveraine en santé et à faire respecter leurs réglementations auprès des propriétaires en défaut.

Cette étude et ce suivi ont été réalisés grâce à la participation financière de la MRC des Appalaches, la municipalité d’Irlande, du Fonds d’aide de développement du milieu Desjardins (FADM) de la Caisse Carrefour des Lacs et du GROBEC. Il s’agit du Volet 1 et 2 du projet Agir ensemble – Haute-Bécancour (phase 3) au coût total de 36 979 $. Celui-ci a été bonifié en septembre avec l’ajout du volet 3 – Étude faisabilité pour la remise en eau du lit de la rivière Bécancour à son ancien lac Noir devenu le lac d’amiante et le volet 4 – Plan d’échantillonnage de caractérisation pour la fibre d’amiante du banc de sédiments obstruant le libre écoulement de la rivière Bécancour à l’exutoire de la rivière Bagot.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires