Publicité sur l’amiante : Luc Berthold dénonce une campagne de peur

Communiqué
Publicité sur l’amiante : Luc Berthold dénonce une campagne de peur
Le député fédéral Luc Berthold (Photo : Gracieuseté - Bernard Thibodeau)

Le député de Mégantic-L’Érable et ministre du cabinet fantôme responsable du Conseil du Trésor, Luc Berthold, dénonce vigoureusement, dans une lettre qu’il a fait parvenir au ministre de l’Environnement et du Changement climatique, le fait que le gouvernement libéral ait récemment publié dans le journal local une publicité mettant en garde les citoyens contre l’inhalation de fibres d’amiante.

« Considérant que l’amiante est présente naturellement partout dans la MRC des Appalaches, l’objectif du gouvernement libéral est plus que questionnable. Le gouvernement fait peur aux citoyens tout en ignorant les nombreuses demandes que je leur ai envoyées depuis 2018 en réclamant une aide concrète pour la réhabilitation des terrains miniers », réagit avec colère Luc Berthold.

Rappelons que dès la confirmation que l’exploitation des résidus miniers serait autorisée, le député Berthold a interpellé le premier ministre afin que son gouvernement soutienne la région dans la réhabilitation des énormes espaces ayant servi à l’exploitation.

La publicité dénoncée (Photo capture d’écran)

Dans la lettre adressée à Justin Trudeau en octobre 2018, le député insistait sur le fait que le soutien du gouvernement fédéral était essentiel pour permettre à la région de réhabiliter les terrains miniers. « La moitié de la ville de Thetford Mines est constituée de terrains miniers, au point où certains quartiers ont l’air d’être au cœur même de la mine. »

Le député s’adresse donc au ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, afin d’obtenir des explications.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mathieu Andre
Mathieu Andre
12 jours

J’ai travaillé dans les mines, on n’était plus en 1930 je me sentais aussi en sécurité que avoir travaillé dans certaines usines de fibre de verre, de fabrication de pneus etdans les fonderies, je ne dis pas qu’il n’y avait de risques mais depuis quelques années on se fait un plaisir de salir notre région qu’ils viennent constater nous sommes des gens pas plus mal empoint que les autres région.