AmeriCan Structures : contrat de 10 millions $ en Chine

Bonne nouvelle pour la région, l’entreprise AmeriCan Structures a récemment obtenu un lucratif contrat de plus de 10 millions $ avec la Chine pour la construction d’un Silicon Valley. Cet accord générera 20 nouveaux emplois à Thetford Mines.

« Nous allons construire un centre de recherche du type Silicon Valley à trois heures au nord de Shanghai. Ce sera sept bâtiments en bois d’environ 20 mille pieds carrés sur trois étages, a expliqué René Leclerc, copropriétaire de la compagnie, en entrevue téléphonique avec le COURRIER FRONTENAC. La Chine n’a pas le choix de se tourner vers le bois étant donné qu’elle pollue beaucoup. Elle se tourne vers les bâtiments écologiques et le savoir-faire canadien est très avancé là-dedans tandis que là-bas ce n’est pas le cas. »

Il s’agit de l’un des plus gros contrats de l’entreprise fondée en 2002. AmeriCan Structures se spécialise principalement dans la conception et la fabrication de poutrelles de plancher, de fermes de toit, de murs, de toitures et de planchers préfabriqués pour les secteurs résidentiel, commercial et institutionnel.

Ce lucratif contrat aura plusieurs répercussions sur l’entreprise, a précisé l’entrepreneur thetfordois, notamment la création de nouveaux emplois, soit 20. Actuellement, AmeriCan Structures emploie 60 personnes à temps plein. Cela veut donc dire que le contrat de 10 millions $ augmentera de 33 % le nombre d’employés. 

La montée du marché chinois

C’est en 2011 qu’AmeriCan Structures a obtenu son premier contrat en Chine. Elle avait participé à la construction d’un club house de 45 mille pieds carrés et de huit maisons dans un club de golf sur une île. « Par la suite, nous avons continué à développer. Je suis allé faire plusieurs expositions et à force de développer, j’ai réussi à avoir des contacts au gouvernement et finalement nous nous sommes retrouvés avec  ce contrat qui provient directement du gouvernement chinois », a raconté l’entrepreneur.

« L’économie chinoise est l’une de celles d’ici 2020 qui sera la plus efficace. Le gouvernement canadien force beaucoup les entreprises d’ici à investir là-bas, a soutenu M. Leclerc. Moi je ne suis qu’un minuscule créneau là-dedans. Toutes les entreprises de Thetford pourraient travailler pour eux pendant 10 ans. Le marché est énorme! »

Auparavant, le marché principal de l’entreprise, soit 80 %, était les États-Unis. Toutefois, avec ce nouveau contrat chinois, ce sera partagé entre la Chine et les États-Unis. Elle en fait aussi pour le Canada et le Québec, mais il s’agit d’un marché plus restreint.

Présentement, M. Leclerc travaille également à la mise sur pied de six autres projets de même envergure que celui du centre de recherche avec la Chine. Fait à noter, dans la même ville où sera construit le centre de recherche, le pays y prépare déjà des installations pour la possible tenue des Jeux olympiques d’hiver de 2022. Gageons que l’entreprise n’est pas près d’arrêter de croitre!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires