Avenir de la collection d’autos : Roger Demers demeure ambigu

Avenir de la collection d’autos : Roger Demers demeure ambigu
Une voiture d'époque de l'impressionnante collection de la famille Demers lors d'une exposition sur la rue Notre-Dame à Thetford Mines.

THETFORD – À la suite de la parution d’un premier article sur le possible déménagement de la collection de voitures de la famille Demers, jeudi matin, Roger Demers a démontré une certaine ambiguïté dans son discours. Après avoir affirmé qu’il était trop tard pour fonder une salle d’exposition à Thetford, il déclare qu’il ne veut plus répondre à cette question.

Bien que Roger Demers dise ne pas vouloir répondre à cette question, laquelle peut effectivement sembler compromettante, il le fait tout de même implicitement et ne maintient pas une position claire. « Le « move » aurait dû être fait avant peut-être, a-t-il mentionné lors d’un deuxième entretien téléphonique. Mais je ne dis pas qu’il est trop tard. Je ne me prononce pas sur ça parce qu’il ne faut pas créer un vent de panique et il ne faut pas dénigrer les gens du temps. Il faut avancer et que ce soit du positif. »

« On est rendu à une autre étape, poursuit-il. C’est ailleurs présentement. C’est triste. J’ai tout essayé pour garder la collection ici. Après trois tentatives, on s’est dit « c’est assez ». » L’engouement pour la collection de voitures est maintenant de beaucoup supérieur à ce qu’il était au cours des dernières années. « Elle est en effet devenue un attrait de calibre mondial », commente celui qui venait d’ailleurs tout juste de recevoir de nouveaux appels de promoteurs de Vancouver et de Toronto.

 

Bonne ou mauvaise nouvelle?

M. Demers ne veut pas qu’un éventuel déménagement de la collection familiale soit considéré comme une mauvaise nouvelle pour la région. « Le projet qu’on est en train de travailler c’est pour tout le Québec qu’on en parle, donc on ne veut pas de négativité. Thetford va toujours en sortir gagnante d’une façon ou d’une autre », assure-t-il.

En effet, selon M. Demers le simple fait que la famille soit native de Thetford Mines et que la collection y ait démarrée continuera de donner une belle visibilité à la région, et ce, peu importe ce qui adviendra. « On parle beaucoup de Thetford ces derniers temps à la radio, ça donne un bel écho. C’est positif », fait-il valoir. Advenant le cas, où les quelques centaines de voitures déménageaient à l’extérieur, M. Demers ne croit pas que la ville subirait une perte « puisqu’elle ne les a jamais eues ».

 

Statu quo bénéfique

Toujours d’après Roger Demers, la ville est gagnante présentement sans temple de l’automobile sur son territoire car elle touche quand même des retombées économiques considérables. « Plusieurs amateurs viennent voir notre collection et dépensent ici. Il y a régulièrement des personnalités qui visitent la région. On a déjà fait atterrir 13 jets en un an », fait-il remarquer. Mentionnons simplement à titre d’exemple la visite de l’ancien coureur de F1 Michael Schumacher, du roi du Maroc et d’Elton John au cours des dernières années.

Enfin, lorsque questionné sur les critères qui permettraient à la famille de choisir définitivement un endroit pour établir un musée, M. Demers répond que le choix s’arrêtera sur la destination qui permettrait « de faire profiter le plus possible la population du Québec ». 

 

Sur le même sujet : Drummondville vraiment intéressée par la collection des Demers

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires