Complexe sportif intérieur : un troisième projet déposé

Photo de Jean-Hugo Savard
Par Jean-Hugo Savard
Complexe sportif intérieur : un troisième projet déposé
Gracieuseté - Lemay Côté architectes inc. (Photo : Gracieuseté - Lemay Côté architectes inc.)

Le Cégep de Thetford vient de déposer une demande de subvention à la hauteur de 5 millions $ dans le cadre du Programme de soutien aux infrastructures sportives et récréatives scolaires et de l’enseignement supérieur, mis en place par le gouvernement du Québec, afin de financer une partie du projet de construction d’un complexe sportif intérieur désormais chiffré à 12 millions $.

La MRC des Appalaches et la Ville de Thetford Mines se sont engagées à y contribuer conjointement à la hauteur de 4 millions $. La participation de l’établissement d’enseignement et diverses sollicitations permettront de compléter le financement.

Rappelons qu’il s’agit d’un troisième dépôt de projet. Une première demande avait été soumise en 2018 par le Cégep de Thetford, mais celle-ci n’avait pas été retenue. Deux ans plus tard, la Ville de Thetford Mines tentait sa chance en déposant une version bonifiée à 16 millions $ dans le cadre d’un programme qui s’adressait aux municipalités, mais sans succès.

« Nous espérons que cette fois-ci sera la bonne. Nous y allons graduellement. Nous pensons avoir un bon projet. Nous croyons aussi que la structure mise en place et ce que nous demandons en termes de subvention par rapport à ce que le milieu est prêt à faire, cela va jouer en notre faveur lorsque l’analyse sera terminée. Nous ne voulons pas de cadeau. Nous faisons seulement la démonstration que nous y tenons vraiment et que nous sommes prêts à nous investir », a mentionné au Courrier Frontenac le directeur général du Cégep, Robert Rousseau.

Le directeur général du Cégep, Robert Rousseau, croit en l’importance de ce projet pour la région. (Courrier Frontenac – Jean-Hugo Savard)

Afin de mettre toutes les chances de son côté, l’institution est repartie à zéro afin de diminuer les coûts. La superficie a d’ailleurs été réduite, tout en prévoyant un agrandissement éventuel si la demande le nécessite. « Nous serons prudents pour ne pas construire un éléphant blanc. Nous allons faire les choses dans le bon sens. Nous avons plus d’une trentaine de partenaires qui ont manifesté de l’intérêt et des besoins. Nous pensons être capables de faire un bon usage de ce complexe, mais nous espérons d’abord obtenir la subvention », a-t-il ajouté.

La nouvelle mouture prévoit la construction du futur complexe sur le terrain du Cégep, adjacent au Pavillon Desjardins. « L’espace de stationnement perdu sera repris à l’avant, ce qui nous permet de préserver le boisé, ce qui n’était pas le cas avec l’ancien projet. Nous en sommes très contents. La superficie du bâtiment représentera approximativement les deux tiers d’un terrain synthétique, comme celui que nous avons pour le football. Ce qui est quand même impressionnant, c’est que nous avons aussi réussi à conserver la majorité des activités qui étaient prévues. C’est notre plus grande fierté dans la conception de ce troisième projet. »

M. Rousseau a précisé que la première moitié de la surface sera en gazon synthétique, ce qui permettra d’offrir plusieurs activités à l’année. « Nous pensons, entre autres, au football, au soccer et à l’ultimate frisbee qui est un sport en devenir. Le baseball y trouvera également sa place puisque les joueurs pourront s’y entraîner l’hiver. Une telle installation ouvre la porte à plein de choses. »

Dans la deuxième moitié, différents plateaux seront aménagés. « Nous avons prévu un espace standard de gymnase, une zone pour des sports comme le cheerleading, la gymnastique, les arts du cirque ainsi qu’un endroit plus libre », a expliqué le directeur général.

De plus, une passerelle sera installée au deuxième étage afin que les visiteurs puissent assister à différents matchs. Un petit casse-croûte est aussi dans les plans.

Robert Rousseau estime que ce projet est très important pour l’ensemble de la région. « Nous voyons des complexes sportifs intérieurs se développer un peu partout puisque cela répond à un besoin. Nous sommes en déficit dans la MRC des Appalaches par rapport à cela. Non seulement ce type d’installation permet d’offrir une vaste gamme d’activités pour l’ensemble de la population, mais les écoles du Centre de services scolaire des Appalaches, le Cégep et d’autres partenaires y trouveront leur compte. En ce qui nous concerne, ce complexe nous permettra de préserver et de poursuivre notre développement sportif. »

Il espère obtenir une réponse positive de la part du gouvernement d’ici quelques mois. « La dernière demande dépassait de loin les enveloppes disponibles. Cette fois-ci, le fait que le montant de la subvention disponible soit limité à 5 millions $, dans un programme chiffré à 175 millions $, il me semble que ça pourrait bien être notre tour, du moins nous l’espérons. »

Voici à quoi pourrait ressembler l’intérieur du complexe. (Photo gracieuseté – Lemay Côté architectes inc.)

Un projet régional

La préfète de la MRC des Appalaches, Jacynthe Patry, s’est dite enthousiaste et estime qu’il s’agit d’un beau projet pour la région. « L’intérêt pour la MRC, en plus des retombées économiques, est que nos jeunes pourront exercer leur passion ici au lieu de devoir se rendre à l’extérieur. Ils pourront participer à de beaux programmes localement. »

Elle a ajouté que puisque la région est partenaire, les résidents de toutes les municipalités du territoire seront gagnants. « Un utilisateur, peu importe sa provenance, pourra y avoir accès au même coût que n’importe qui demeurant à Thetford Mines. Tous seront égaux dans ce projet », a-t-elle spécifié.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Éric Leclerc
Éric Leclerc
1 année

La clientèle étudiante du cegep est d’à peine plus du minimum requis, d’années en années depuis près de trente ans, pour maintenir le collège en opération. Les étudiants finissants quittent massivement par la suite pour d’autres régions ou les grands centres; la population de la MRC des Appalaches est parmi l’une des plus vieillissantes du Québec. Par ailleurs, la polyvalente compte au moins deux plateaux sportifs, en plus de celui du collège et du terrain de football, sans parler du CAPS. Un AUTRE complexe sportif est-il vraiment nécessaire dans une région où la population stage ou diminue, poser la question c’est y répondre! Voilà pourquoi le projet est peu rentable peu importe sa forme. Pas surprenant que le ministère de l’Enseignement supérieur ait privilégié St-Georges à Thetford pour investir dans ce complexe.

Éric Leclerc
Roberval

Pierre Lacroix
Pierre Lacroix
1 année
Répondre à  Éric Leclerc

Eric Leclerc. Depuis que vous avez quitté la région, votre sport national est de vomir sur les projets de la MRC des Appalaches, en vous servant de faits qui sont évidemment passés date! Je vous invite à vous plaire dans votre nouvelle région, et à tenter de faire la paix avec votre passé chez nous.
Nous, ici, on travaille fort pour nos jeunes et pour notre avenir et nous continuerons malgré vos “mauvais ressentis”.
J’invite le Courrier Frontenac à fermer ses pages à vos commentaires, impertinents, incohérents et remplis d amertume.

Éric Leclerc
Éric Leclerc
1 année
Répondre à  Pierre Lacroix

Monsieur Lacroix, mon commentaire est basé sur la quantité d’équipements sportifs que possède la région et sa dynamique en général, plutôt morose…

Louis Lachance
Louis Lachance
1 année
Répondre à  Pierre Lacroix

Monsieur Lacroix, j’appuie fortement vos commentaires ! Les paroles qui sont dites par M. Leclerc ne sont vraiment plus d’actualité. Le Cégep compte actuellement plus de 1000 étudiants et un travail constant de développement fait que la clientèle étudiante y est en augmentation. Nous sommes en démocratie mais je ne vois AUCUNEMENT l’utilité de publier de tels commentaires, émis par un individu qui se base sur des renseignements passés date et erronés, qui ne contribue pas du tout au développement de notre région, et qui n’y réside plus depuis ? Cher monsieur Leclerc, lâchez votre fiel dans votre patelin… nous avons mieux à faire dans notre région ! Mes salutations !