Des réfugiés syriens à Thetford Mines?

Des réfugiés syriens à Thetford Mines?
Le maire de Thetford Mines

Désirant faire sa part comme plusieurs autres villes du Québec, Thetford Mines étudie présentement la possibilité d’accueillir chez elle des réfugiés syriens. Le maire Marc-Alexandre Brousseau a d’ailleurs confirmé l’information en entrevue avec le Courrier Frontenac.

«Nous en avons parlé avec la MRC des Appalaches. Nous en sommes rendus à organiser une rencontre avec les intervenants possibles au dossier pour voir de quelle façon nous serions capables de prendre en charge des réfugiés syriens», a-t-il affirmé.

Il a toutefois précisé qu’il est important que la Ville de Thetford Mines vérifie si tous les éléments sont là pour bien les accueillir avant de se porter volontaire. «C’est correct de vouloir en faire venir ici, mais quand ils arriveront, il faut que nous soyons en mesure de bien les accueillir. Nous ne nous sommes pas donné d’échéancier puisque nous voulons prendre notre temps. Si nous jugeons que nous en sommes capables, nous en ferons part aux autorités concernées», a-t-il poursuivi.

Selon le maire Brousseau, la pénurie de main-d’œuvre étant un problème pour plusieurs entreprises de la région, accueillir des réfugiés permettrait probablement de remplir certains postes. De plus, cela aiderait à augmenter la population dont le nombre est stagnant depuis plusieurs années. «Avoir des gens qui débarquent chez nous et qui sont utilisateurs de nos services, c’est aussi positif. Pour notre économie, c’est quelque chose qui pourrait être intéressant», a mentionné le maire.

N’est pas choisi qui veut

En fonction à Thetford Mines depuis 2003, l’organisme Intégration communautaire des immigrants (ICI) sera sans doute d’un précieux apport si la Ville venait à accueillir des réfugiés syriens. Selon sa fondatrice, Éva Lopez, même si le vouloir y est, le ministère de l’Immigration a toutefois le dernier mot.

«Cela fait une dizaine d’années que je fais des demandes au ministère, avec des lettres d’appuis de toutes parts pour devenir une terre d’accueil, mais je n’ai pas encore réussi à nous faire reconnaître comme tel. Aucune MRC en Chaudière-Appalaches n’a été choisie par le ministère pour l’accueil de réfugiés. C’est un système déjà bien structuré depuis des années», a-t-elle expliqué.

Elle croit cependant que la Ville de Thetford Mines et la région seraient aptes à en accueillir dans un avenir rapproché. «Nous avons déjà un organisme pour cela avec ICI. Nous avons déjà reçu plusieurs réfugiés en deuxième destination ou d’autres en première destination dont la famille était déjà installée ici», a raconté Mme Lopez.

Il faut aussi rappeler que pour l’instant, le gouvernement n’atteint pas ses échéanciers quant au nombre de réfugiés accueillis et quelques régions qui avaient été désignées sont encore en attente afin de recevoir des familles syriennes. Thetford Mines et la MRC des Appalaches devraient donc devoir attendre un bon moment si elles venaient à se porter volontaires.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires