La Ville de Thetford Mines adopte la Déclaration municipale sur l’habitation

La Ville de Thetford Mines adopte la Déclaration municipale sur l’habitation
La Déclaration municipale sur l'habitation demande au gouvernement du Québec la mise en œuvre de mesures afin de contrer la pénurie de logements. (Photo : gracieuseté)

Le conseil municipal de la Ville de Thetford Mines a adopté, lors de la séance publique du 7 mars, la Déclaration municipale sur l’habitation initiée par l’Union des municipalités du Québec (UMQ) pour demander la mise en œuvre de mesures afin de contrer la pénurie de logements qui devient de plus en plus répandue au Québec. Plusieurs pistes d’action ont été proposées afin d’augmenter le nombre de logements sociaux et abordables disponibles.

« C’est un problème que certains vivaient à moins grande échelle depuis un bout de temps, d’autres ne le vivaient pas du tout, mais c’est rendu un problème partout. C’est sûr que c’est devenu un enjeu prioritaire à l’UMQ. Nous avons un comité spécial qui a été formé là-dessus et j’en fais partie sous la présidence du maire de Mascouche, Guillaume Tremblay. L’idée est de voir tout ce que nous pouvons faire pour améliorer la situation », a indiqué le maire de Thetford Mines, Marc-Alexandre Brousseau.

Selon lui, la pénurie touche tous les types de logis à Thetford Mines bien que le secteur de la construction soit en hausse. « On le voit même avec les logements neufs qui sont plus coûteux, il y a des listes d’attente, donc même pour cette catégorie de clientèle, il y a des besoins. Il y en a pour les unités plus abordables ainsi que pour les logements sociaux. Nous manquons aussi de maisons et de terrains disponibles. Il y a des promoteurs qui construisent présentement et c’est tant mieux. Il faut vraiment trouver des façons de susciter des offres. »

Le maire dit recevoir régulièrement des messages de personnes voulant venir s’installer à Thetford Mines et qui cherchent des endroits où se loger. « J’ai participé à des rencontres avec le milieu communautaire et j’ai commencé à en avoir aussi avec des gens du privé. J’en ai d’autres de prévues pour essayer de trouver des idées afin d’améliorer la situation. Nous sommes vraiment ouverts à tout type de projet qui pourrait être soumis et nous verrons comment la Ville peut aider. »

Le gouvernement du Québec a lancé en février un nouveau programme de subvention dans le but d’accélérer la construction de logements abordables. Marc-Alexandre Brousseau espère qu’il s’agit d’un « projet pilote » puisque les besoins partout en province vont bien au-delà de cette enveloppe. « Clairement, il y a une nécessité d’avoir d’autres annonces d’aide financière en termes d’habitation », a-t-il dit.

Parmi les pistes d’action proposées par l’UMQ, il y a aussi le fait de permettre aux municipalités qui le souhaitent d’agir à titre de mandataires dans l’application des programmes gouvernementaux. « On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Ce qui est le cas quand vient le temps d’appliquer des programmes et de discuter des critères. D’ailleurs, c’est vrai pour plusieurs choses, mais encore plus en matière d’habitation. Nous avons les ressources humaines pour être capables de gérer ce genre de situation. C’est un peu à deux vitesses dans le monde municipal dans la province puisque bien des choses sont permises à Montréal et Québec. Si ça se passe bien pour ces villes, il n’y a aucune raison que ce ne soit pas le cas pour nous puisque nous avons le personnel nécessaire pour appliquer ce type de programme », a conclu le maire Brousseau.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires